Lymphome (non hodgkinien)

Lymphome (non hodgkinien) : Définition

Les lymphomes non hodgkiniens (LNH) désignent un ensemble de pathologies regroupant une trentaine de cancers différents mais très proches les uns des autres. Tous ces cancers ont pour point commun d’affecter le système lymphatique. Ce sont leurs caractéristiques, leurs structures, leur évolution et les symptômes qu’ils entrainent qui diffèrent.

Publicité
Le lymphome non hodgkinien, un cancer des tissus lymphoïdes

On appelle lymphomes non hodgkiniens tous les cancers qui affectent le tissu lymphoïde. Ce tissu est un ensemble de cellules retrouvé dans la composition des organes responsables des défenses immunitaires comme les ganglions lymphatiques. Mais ces lymphomes ne sont pas une maladie de Hodgkin. On distingue ensuite deux groupes parmi les LNH : les lymphomes à cellules B et ceux à cellules T. Ils se développent respectivement à partir de lymphocytes B et T anormaux.
Par ailleurs, on différencie les lymphomes selon qu’ils sont plus ou moins malins, c’est à dire plus ou moins virulents. De façon générale, on peut dire que les LNH à petites cellules évoluent lentement (sur plusieurs années) tandis que ceux à cellules de grande taille évoluent en quelques mois seulement. Quel que soit le LNH, les raisons de son apparition restent encore inconnues bien que certains facteurs de risque aient été identifiés (contamination par le virus Epstein-Barr, exposition aux pesticides ou aux solvants, déficits immunitaires…).

Lymphome (non hodgkinien) : Symptomes

Bien que les symptômes varient en fonction du type de lymphome non hodgkinien, on retrouve certaines manifestations identiques à tous les lymphomes. Ainsi, on observe un gonflement douloureux des ganglions lymphatiques et, le plus souvent, on constate une atteinte des tissus lymphoïdes d’organes tels que l’estomac, la thyroïde, le côlon, le rein, le système nerveux…
En effet, les lymphocytes anormaux peuvent atteindre n’importe quelle zone de l’organisme en circulant dans les vaisseaux lymphatiques et sanguins. Une tumeur se forme alors dans la partie atteinte.
Les signes qui alertent sont une fièvre plus ou moins importante accompagnée de l’altération de l’état général, ainsi qu’une perte de poids et des sueurs nocturnes. Cependant, d’autres manifestations plus spécifiques peuvent apparaitre en fonction de la zone malade.

Lymphome (non hodgkinien) : Examens

Le diagnostic du lymphome non hodgkinien se fait par biopsie d’un ganglion atteint. On réalise pour cela le prélèvement d’un petit fragment afin de l’analyser.

Lymphome (non hodgkinien) : Traitements

Une fois le diagnostic établi, on met en place un traitement adapté au type exact de lymphome non hodgkinien identifié. Le traitement est fonction du stade d’évolution de la maladie (chimiothérapie, radiothérapie…).Le pronostic est souvent bon lorsque le LNH est localisé. Pour les lymphomes disséminés, l’espérance de vie est de plusieurs années. Dans certains cas, on peut même se passer de traitement à condition que le LNH reste stable. S’il progresse, on met en place le traitement et on obtient généralement une guérison durable.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité