Légionellose

Légionellose : Définition

La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries du genre Legionella. Elle a été reconnue pour la première fois en 1976 à l'occasion d'une épidémie survenue à Philadelphie lors d'un congrès d'anciens combattants de l'armée des USA, d'où le nom de 'maladie du Légionnaire'.

Publicité
Cette bactérie vit naturellement dans l'environnement et prolifère dans les eaux et les endroits tièdes et humides. La maladie ne se contracte pas en buvant de l'eau et n'est pas non plus contagieuse. Elle se transmet par l’inhalation de gouttelettes d’eau contenant des bactéries, en suspension dans l’air.

Il existe une forme bénigne, appelée fièvre de Pontiac, analogue à un syndrome grippal, guérissant sans traitement en 2 à 5 jours. Le diagnostic de légionellose est rarement porté dans ces cas qui passent généralement inaperçus. La forme grave, appelée maladie du légionnaire, survient le plus souvent chez des personnes fragilisées (sujets âgés, immunodéprimés...). Elle se traduit par une infection pulmonaire qui peut être sévère, entraînant le décès dans 15% des cas.

En France, 1428 cas de légionellose ont été déclarés en 2007 selon l’Institut de veille sanitaire.

Légionellose : Causes

L'homme s'infecte en inhalant de la vapeur d’eau contaminée.

La température optimale de prolifération du bacille (bactérie en forme de bâtonnet) est de 37°C ce qui explique que les systèmes mis le plus souvent en cause dans la légionellose soient les circuits de distribution d’eau chaude qui alimentent les douches et les robinets. Sont également montrés du doigt: les systèmes de climatisation, les tours aéro-réfrigérantes, les circuits de refroidissement industriel, les humidificateurs d’air, les bassins d’eau chaude (bains à remous, à jets…), les eaux thermales, les bassins et fontaines.

Même si le risque est présent partout, on retrouve cependant les légionelles en plus grand nombre dans les circuits de distribution d’eau des établissements de santé, des établissements thermaux et les bâtiments collectifs publics (hôtels, campings, complexes sportifs…).

Légionellose : Symptomes

La légionellose pulmonaire a une durée d’incubation de 2 à 10 jours, pouvant parfois atteindre 16 jours. Les premiers symptômes ressemblent à une grippe (fièvre, toux sèche, perte d’appétit, céphalée, léthargie), puis la fièvre augmente jusqu’à 39.5°C. Certains patients présentent également des diarrhées, des nausées ou vomissements, des crachats de sang, des douleurs musculaires et une confusion mentale.

Non traitée, cette forme s’aggrave en général pendant la première semaine. Deux complications sont souvent fatales: une insuffisance respiratoire irréversible et une insuffisance rénale aiguë.

Légionellose : Prévention

C'est à la remise en route des installations telles que les tours de refroidissements et les climatiseurs que l'on risque de rencontrer des légionelles. Elles se sont multipliées (plus facilement) pendant la période d'inactivité et sont rejetées dans l'air que nous respirons.

Le bacille (bactérie en forme de bâtonnet) vit idéalement à 37°C, mais s’acclimate très bien d’une température à 45°C. C’est pourquoi il est recommandé de régler son chauffe-eau à une température de 60°C pour le tuer (attention: pas plus chaud pour éviter l’entartrement des canalisations).

Pensez à détartrer régulièrement votre installation pour diminuer les risques. Evitez de consommer l’eau chaude sortie du robinet même pour la cuisine. Après une interruption, faites couler l’eau pendant quelques minutes. Limitez au maximum le volume des ballons d’eau chaude et privilégiez lorsque c’est possible, la production instantanée d’eau chaude avec un échangeur à plaques. Pensez à faire entretenir et désinfecter par un professionnel le cumulus au moins une fois par an.

Pour faciliter la prévention, tout cas de légionellose suspecte d'avoir été contractée dans un établissement doit donner lieu à une enquête approfondie pour identifier la source de contamination.

Légionellose : Examens

Le diagnostic de la légionellose s'appuie sur l'existence d'une pneumonie confirmée radiologiquement. Le diagnostic clinique est suivi d'un diagnostic biologique qui peut être réalisé selon différentes méthodes.

La méthode de référence consiste en une mise en culture des sécrétions bronchiques afin d'isoler la souche de Legionella responsable de l'infection. Les résultats sont disponibles entre 3 et 10 jours après l’examen. D’autres techniques peuvent être utilisées comme l’immunofluorescence directe et la recherche d’antigènes dans les urines.

Légionellose : Traitements

Dans la plupart des cas, un traitement antibiotique permet un rétablissement total en trois semaines. Cependant, il est important que le traitement soit pris très rapidement. En effet, il peut s'ensuivre une pneumopathie évolutive, un échec du traitement de la pneumopathie et, parfois, des séquelles cérébrales.

Légionellose : Evolution

La légionellose a souvent des conséquences graves lorsqu’elle n’est pas diagnostiquée à temps et traitée avec le médicament adéquat. Les séquelles immédiates sont d’ordre pulmonaires (de la grande fragilité pulmonaire avec des épanchements pleuraux abondants à la destruction importante des poumons), neurologiques (troubles de la mémoire et du sommeil), cardiaques (tachycardie, péricardite…), rénaux (protéinurie : passage de protéines dans les urines) et digestifs (nausées…). Au rang des séquelles plus tardives: des douleurs musculaires très intenses, des problèmes articulaires (apparition d’arthrose…), ORL (possibilité de surdité…).

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité