Kyste de l’Ovaire

Kyste de l’Ovaire : Définition

Le kyste de l’ovaire est une tumeur de l’ovaire le plus souvent bénigne mais pouvant rarement s’avérer être maligne (cancéreuse) surtout après la ménopause.

Publicité
La nature bénigne ou maligne du kyste ne peut être affirmée qu’après étude anatomopathologique (au microscope) de la pièce opératoire.

En aucun cas on ne peut affirmer un diagnostic de bénignité ou de malignité d’après des critères cliniques ou radiologiques.

Mais il existe à la disposition du médecin tout un faisceau d’arguments cliniques et radiologiques en faveur de la bénignité avec une bonne valeur prédictive.

Par exemple une kyste simple, purement liquidien, de la femme jeune, est une kyste le plus souvent fonctionnel et disparaissant spontanément ou après un traitement médical.

Kyste de l’Ovaire : Causes

Le kyste fonctionnel de l’ovaire est la cause la plus fréquente de kyste de la femme jeune.

Il s’agit d’un follicule (ce qui donnera un ovule) qui grossit de façon anormale. A l’échographie on retrouve un kyste liquidien pur, unique, à paroi fine.

Le traitement consiste à bloquer l’ovaire par une pilule. Le kyste régresse en deux ou trois mois. Si ce n’est pas le cas alors une intervention chirurgicale peut-être indiquée.

Les kystes organiques sont tous les kystes qui ne sont pas fonctionnels. On distingue des formes bénignes (kyste séreux, dermoïde, mucoïde) et des formes malignes. De principe tout kyste organique nécessite une ablation chirurgicale.

Il existe des kyste secondaires à certaines pathologies : les localisations ovariennes de l’endométriose, les kystes de l’ovaire induit par des traitements stimulant de l’ovulation en cas d’infertilité.

Exceptionnellement, il peut s’agir d’une atteinte ovarienne par la tuberculose.

Enfin il existe fréquemment, au cours du premier trimestre de la grossesse, un kyste de l’ovaire.

Il s’agit du kyste du corps jaune qui produit la progestérone, hormone permettant le maintien de la grossesse. Il est donc important de ne pas essayer d’enlever ce kyste.

Kyste de l’Ovaire : Symptomes

Dans sa forme habituelle, le kyste de l’ovaire est révélé par des douleurs pelviennes (du bas du ventre) souvent d’un seul coté, des troubles des règles.

Il peut se révèler encore au cours d’un examen gynécologique systématique.

L’examen clinique s’efforce de préciser sa taille, son caractère uni ou bilatéral, sa mobilité.

Kyste de l’Ovaire : Examens

Le principal examen complémentaire est l’échographie pelvienne effectuée par voie abdominale et par voie endovaginale (meilleure définition des structures).

L’examen est complété par un examen Doppler couleur (étude de la vascularisation).

Cet examen recherche les critères permettant soit de rassurer la patiente et de proposer un traitement médical, soit de proposer une intervention chirurgicale ayant pour but de vérifier la nature histologique du kyste.

En cas de forte suspicion de cancer ou lorsque l’échographie n’apporte pas suffisamment de réponses, on effectuera également un scanner abdomino-pelvien.

Kyste de l’Ovaire : Traitements

En cas de kystes fonctionnels, on prescrit le plus souvent une pilule oestro-progestative fortement dosée.

Ce traitement permet de bloquer le développement des follicules. Au bout de deux ou trois mois, on fait un contrôle échographique : le kyste doit avoir disparu.

Si ce n’est pas le cas, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

Parfois on peut également ponctionner ce kyste lors de l’échographie. L’analyse du liquide obtenu est effectuée. Les résultats de cette analyse nous disent s’il s’agit plutôt d’un kyste fonctionnel ou d’un kyste organique.

En cas de kystes organiques, le traitement est chirurgical.

Si on ne suspecte pas un cancer de l’ovaire, l’intervention se fait par cœlioscopie.

En fonction de l’âge et de l’aspect de l’ovaire, soit on enlève le kyste (kystectomie), soit on retire l’ovaire (ovariectomie).

Si on suspecte un cancer de l’ovaire, le traitement se fait par laparotomie (chirurgie conventionnelle).

Une analyse extemporanée (examen au microscope réalisé pendant l’intervention) de la tumeur permet de confirmer la nature maligne.

Dans ce cas là le traitement comprend une ablation de l’utérus, des trompes, des deux ovaires, ainsi que toute autre lésion suspecte.

Le traitement est souvent complété par une chimiothérapie.

Kyste de l’Ovaire : Evolution

L’évolution est en général bénigne.

Mais dans certains cas, l’évolution peut se faire vers la compression des organes de voisinage (troubles urinaires, troubles digestifs, phlébite pelvienne), la torsion, l’hémorragie intra-kystique, la rupture du kyste.

Les signes devant faire craindre un cancer de l’ovaire sont : une fatigue intense, une perte de poids, une perte de l’appétit.

Une augmentation de volume de l’abdomen fait suspecter soit un très volumineux kyste soit une ascite (eau dans le ventre), ce qui rend la tumeur ovarienne suspecte de cancer.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité