Cystite

Cystite : Symptomes

La cystite est la plus fréquente des infections urinaires.

Publicité
Son début est rapide, et elle associe les symptômes suivants :

- douleur à type de brûlures au moment d’uriner (= "miction"), souvent très intenses avec sensation de spasmes en fin de miction, et pesanteur douloureuse dans l’intervalle des mictions - mictions incessantes : envies d’uriner en urgence, se répétant dès que la vessie est vide, chaque miction évacuant un faible volume d’urines - urines troubles, d’odeur forte, d’aspect blanchâtre ou au contraire rouge du fait de la présence de sang - pas de température, ou en tout cas 38,5°C est en général en faveur d’une atteinte plus sévère, en particulier rénale, c’est à dire une infection urinaire "compliquée" (pyélonéphrite).- guérison rapide : sous traitement, les signes disparaissent en quelques heures

Cystite : Prévention

Les facteurs favorisants l’apparition de cystites sont nombreux : règles, pertes vaginales, prurit vulvaire, contraception par diaphragme, activité sexuelle (les 2/3 des cystites surviennent après un rapport sexuel).

On constate souvent l’existence de troubles digestifs, avec constipation ou alternance diarrhée-constipation, précédant de quelques jours l’épisode de cystite.

Les récidives

Les récidives de cystite sont malheureusement fréquentes, les examens d’urines successifs montrant que la bactérie responsable change, passant du colibacille à l’entérocoque ou au staphylocoque, ou alternant différents types de colibacilles (si le laboratoire en permet l’identification).

On parle de réinfection, qui se fait à partir de l’intestin, réservoir naturel, et qui fait intervenir les facteurs favorisants connus (contamination périnéale, diminution des moyens de défense, etc...).

Si cette récidive est fréquente, elle peut devenir un handicap sérieux dans la vie quotidienne et justifier un traitement adapté, actuellement bien précisé :

- éradication de la bactérie par un traitement antibiotique de 3 jours - puis prescription quotidienne, sur une très longue période (minimum 6 mois) d’un antibiotique à dose faible 1/4 de la dose thérapeutique habituelle, le produit conseillé étant la nitrofurantoïne ou le bactrim, le médicament étant pris le soir au coucher.

Ce type de traitement prophylactique est efficace, le plus souvent bien toléré, mais dans la moitié des cas une nouvelle récidive survient dans les 6 mois qui suivent l’arrêt du traitement.

La correction des facteurs favorisants doit être reprise sans découragement, ainsi que la reprise d’un traitement anti-infectieux à poursuivre sur une nouvelle période de 12 mois, voir plus.

La cystite est une des affections où l’automédication est la plus répandue.

Cette automédication est admise s’il s’agit d’épisodes de cystite survenant chez une femme jeune, à un rythme espacé (pas plus de 3 épisodes par an), répondant rapidement à un traitement court, et s’il n’y a aucun facteur de risque.

La cystite est alors une affection bénigne.

Cette automédication est une erreur dans tous les autres cas : une consultation chez un médecin est nécessaire, pour décider des examens complémentaires et de l’adaptation du traitement, car la cystite peut être le signe révélateur d’une maladie sous-jacente à soigner énergiquement.

Août 2006

Pour en savoir plus : fiche sur la cystite dans un site médical

Cystite : Examens

Lorsqu’il est pratiqué, il montre la présence de pus et de bactéries, le plus souvent colibacilles, en grande quantité (numération de germes > 100.000/ml).

Cystite : Traitements

Le traitement de la cystite aiguë est très efficace dans la plupart des cas, surtout s’il est mis en route suffisamment tôt.

Or l’expérience montre que beaucoup de femmes attendent 1 ou 2 jours avant de prendre rendez-vous avec leur médecin, d’où une perte de temps.

Les principes sont les suivants :

- soulager les douleurs : antalgiques, antispasmodiques,- supprimer les bactéries par des produits antibiotiques à forte concentration urinaire, boissons abondantes.

Chez une femme jeune qui fait rarement des cystites, on traite par un traitement antibiotique en une seule prise « traitement minute ».

Chez les femmes de plus de 65 ans, en cas de terrain fragile (diabète...) ou en cas de cystites récidivantes (plus de 4 par an), la patiente doit prendre 5 jours d’antibiotiques.

La femme enceinte doit consulter et ne pas se traiter seule.

Beaucoup de médicaments et notamment d’antibiotiques sont interdits pendant la grossesse.

Par exemple :

Traitement 1 jour dose unique :

Fosfomycine (Monuril®,Uridoz®)Triméthoprime-Sulfamethoxazole TMS (Bactrim® 3c)Péfloxacine (Péflacine monodose® 2c).

Le traitement dose unique sur 1 jour a des avantages : moins d’effet secondaire, moins d’altération de la flore intestinale, moindre coût, facilité de prescription, meilleur suivi par le patient.

C’est donc au médecin de décider de la durée du traitement en fonction de l’examen et du contexte présenté par la patiente.

L’évolution se fait vers une rapide disparition des signes dans 90% des cas, et la patiente devra veiller à prendre les mesures lui permettant d’éviter les récidives.

Mais si une semaine après le début du traitement les symptômes persistent, il faudra faire un examen des urines et il y a plusieurs possibilités : - La bactérie était d’emblée résistante à l’antibiotique utilisé, et il faudra prescrire un nouveau produit adapté. - La bactérie a disparu, mais du pus persiste dans les urines : il faut rechercher par des techniques bactériologiques particulières l’existence d’autres agents infectieux, en particulier du type Chlamydiae, à traiter par d’autres antibiotiques (macrolides). - L’examen des urines est normal, sans bactérie ni pus : sous réserve d’un examen gynécologique complet et du traitement d’une affection ainsi décelée, il faudra essayer des anti-inflammatoires, peut-être des tranquillisants.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité