Coup du lapin

Coup du lapin : Définition

Le coup du lapin, médicalement appelé "entorse cervicale", est une expression populaire désignant un traumatisme du rachis cervical (la nuque) à la suite d'un mouvement avant/arrière brusque de la tête.

Publicité
Coup du lapin : Causes

Il existe deux causes du coup du lapin :

- Le coup direct désigne un coup reçu au niveau de la nuque ou de la base du crâne. C'est le plus dangereux car il peut être à l'origine des dommages de la colonne vertébrale et de la moelle épinière. Ce qui peut avoir comme conséquence la paralysie ou la mort.

- Le coup indirect est une flexion et/ou extension de la nuque. Il est généralement provoqué par un accident de voiture. Le coup indirect est moins dangereux que le coup direct car entraîne le plus souvent des entorses. Il peut cependant avoir des conséquences plus graves comme des fractures.

Coup du lapin : Symptômes

Une cervicalgie (ensemble des douleurs des vertèbres cervicales, la partie haute de la colonne vertébrale) apparait dans les trois heures qui suivent le traumatisme. Elle se propage dans toute la surface du dos. Des céphalées surviennent dans la région occipitale (arrière basse du crâne) ou dans une moitié du crâne.

Dans les semaines suivant le traumatisme, le sujet peut subir des troubles fonctionnels comme une perte d'équilibre et des vertiges. Les troubles visuels et auditifs sont aussi des symptômes à ne pas écarter.

Coup du lapin : Prévention

Seul le coup du lapin indirect peut être anticipé. Le conducteur doit bien enfoncer son dos dans le fond du siège et le recaler si besoin. L'angle du dos et des cuisses doit être un peu près à 115°. Bien régler son appui-tête permet de reposer le cou en cas d'arrêt brusque du véhicule.

Coup du lapin : Examens

L'examen médical consiste à la palpation de la nuque. Le médecin constate si celle-ci est inhabituellement raide. Il examine également les points de douleur. Le patient passe ensuite une radiographie standard et radiographies dynamiques de profil en flexion et en extension afin de ne pas passer à côté d'une lésion ostéoarticulaire : entorse cervicale avec déplacement anormal d’une vertèbre sur l’autre (en général C5 sur C6) (cinquième vertèbre cervicale sur la sixième). Une IRM vérifie que les disques intervertébraux ne présentent pas de saillie anormale, qui, si elle est importante et si elle donne des symptômes correspondant à sa topographie, est une hernie discale qui peut nécessiter une immobilisation plus longue par une orthèse.

Coup du lapin : Traitements

Le traitement dépend du stade de gravité du coup de lapin. Les personnes se plaignant de douleur ou raideur dans le cou, au niveau des membres supérieurs (trapèzes, bras ou avant bras), accompagnés céphalée, sont souvent traitées de façon médicamenteuse. A partir du moment où un sujet ressent des symptômes neurologiques comme un déficit sensitif ou un déficit moteur (épaule, bras, avant bras, main, doigts), il doit suivre une rééducation prudente "isométrique" contre résistance manuelle, et porter une orthèse avec appui occipital pour une durée de 6 semaines, avec ou sans arrêt de travail suivant les cas.

Coup du lapin : Evolution

L'évolution peut être longue et marquée par les céphalées. Exceptionnellement, s’il existe une petite hernie discale, une décompression par chirurgie endoscopique mini-invasive par une incision de 3 millimètres, donne des très bons résultats.

Remerciements au Dr Daniel Gastambide, chirurgien orthopédique du centre Tourville (Paris 7ème)

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité