Cancer de la peau

Cancer de la peau : Définition

La peau est un des organes les plus importants du corps humain. Elle est constituée de trois couches : l’hypoderme, le derme et l’épiderme. C’est dans l’épiderme que prennent naissance les carcinomes et les mélanomes, responsables du cancer de la peau. Il existe trois types de cancer de la peau : carcinome basocellulaire (CB), spinocellulaire, et les mélanomes. Dans le cas des cancers CB (90% des cas), l’altération se constitue à partir de la couche basale (la plus profonde) de l'épiderme (la couche externe de la peau). Dans le cas des cancers spino-cellulaires (10% des cas), l’altération se constitue à partir des couches les moins profondes de la peau. Quant aux mélanomes, ils se développent suite à une modification génétique d’un mélanocyte, cellule productrice de mélanine située dans l’épiderme. Les cancers de la peau sont les plus fréquents des cancers. Il y a plus de 100 000 nouveaux cas annuels de cancers de la peau en France.

Publicité
Cancer de la peau : Causes

Le cancer de la peau, quelle que soit sa forme, est associé à une exposition importante aux rayons du soleil dans les premières années de la vie. Il y a aussi d’autres causes au cancer de la peau telles que les rayons X, un contact cutané avec de l'arsenic ou du radium. Enfin, le cancer de la peau peut aussi se déclarer suite à une erreur spontanée dans la division cellulaire. Les tumeurs se constituant lorsque l'ADN d'une cellule saine subit une mutation qui entraîne la multiplication déréglée de la cellule. Enfin, un virus cancérigène transmis sexuellement, le papillomavirus humain, peut aussi causer une forme rare de cancer spinocellulaire.

Cancer de la peau : Symptomes

Carcinomes basocellulaires : visage, cuir chevelu, haut du tronc, mais peuvent se localiser sur d'autres zones du corps. Leur aspect : un bouton en relief de couleur rouge ou rosée, une petite tache rouge ou blanche avec une bordure surélevée, ou une plaie qui ne cicatrise pas.
Carcinomes épidermoïdes : régions exposées au soleil (tête et cou, décolleté, haut du corps…), mais peuvent toucher d'autres zones comme la bouche ou les organes génitaux. Leur aspect : une croûte blanche qui s'épaissit progressivement et s'ulcère pour former une plaie irrégulière à bordure surélevée.
Mélanomes : sur tout le corps mais plus fréquents sur le dos chez l’homme et sur les jambes chez la femme. Leur aspect : asymétrie de la lésion, bordure irrégulière, coloration inhomogène, diamètre de plus de 6 mm, augmentation progressive de la taille, relief irrégulier, saignement, ulcération (un cratère), des douleurs.

Cancer de la peau : Prévention

Pour éviter de développer un cancer de la peau, il faut éviter l'exposition solaire (et surtout les coups de soleils), surtout de 11 heures à 16 heures, appliquer une crème solaire protectrice (indice 20 au moins) à renouveler toutes les deux heures et après chaque bain, porter des vêtements protecteurs et un chapeau. Il faut aussi s’inspecter régulièrement pour repérer une tâche ou un petit bouton qui se transforme, une plaie ou une croûte qui ne part pas. Et aller consulter un dermatologue pour confirmer le diagnostic.

Cancer de la peau : Traitements

Le cancer de la peau est généralement traité au moyen d'une intervention chirurgicale. Les chirurgiens excisent une surface additionnelle autour des tumeurs cutanées pour réduire le risque de récidive. La partie excisée est ensuite analysée pour s’assurer qu’elle a bien été retirée. En plus de la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie conviennent au traitement d'un cancer qui réapparaît ou dans le cas de métastases potentielles. Parfois, les tumeurs sont détruites par l'application d'azote liquide ou à l'aide d'un laser. Ces méthodes ne permettent cependant pas l’analyse de la lésion. Les médicaments (en application cutanée locale) sont parfois utilisés pour traiter le carcinome basocellulaire.

Cancer de la peau : Evolution

En l'absence de traitement, les cancers de la peau s'étendent localement et peuvent avoir une évolution destructrice. Dans tous les cas, le risque de métastases est d'autant plus important que la lésion est évoluée. Les carcinomes traités précocement guérissent définitivement dans plus de 90 % des cas.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité