5 coupe-faim interdits en France

5 coupe-faim interdits en France©iStock

Pour réduire leur appétit et perdre du poids, beaucoup de personnes ont eu recours à des coupe-faim. Plusieurs de ces coupe-faim se sont révélés dangereux pour la santé. Voici 5 coupe-faim interdits en France.

Publicité
Publicité

1. Coupe-faim interdit en France : le Mediator

Le Mediator (dont le principe actif est le benfluorex) est sans doute le coupe-faim qui a fait le plus parler de lui ces dernières années à cause du procès qui lui fut consacré. Ce coupe-faim a provoqué la mort de plus de 500 personnes et presque 4 000 autres ont dû être hospitalisées à cause de ses effets néfastes sur le cœur et sur l'hypertension artérielle. Le Mediator est interdit en France depuis 2009.

2. Coupe-faim interdit en France : la dexfenfluramine

La dexfenfluramine est un coupe-faim faisant partie de la famille des amphétamines. Celui-ci fut délivré dans les années 1980 aux personnes désireuses de perdre du poids. Entraînant de graves problèmes cardiaques, celui-ci est interdit en France en 1997.

3. Coupe-faim interdit en France : la phénylpropanolamine

Publicité

Initialement utilisée comme décongestionnant nasal, la phénylpropanolamine fut détournée pour ses effets coupe-faim. Provoquant des troubles cardiovasculaires, il est interdit en France depuis 2001.

4. Coupe-faim interdit en France : l'Acomplia

Comme le Mediator, l'Acomplia (dont le principe actif est le rimonabant) était prescrit aux personnes souffrant de diabète à cause de leur obésité. Ce coupe-faim a provoqué des effets secondaires importants sur de nombreux patients dont de la dépression et de l'anxiété. L'Acomplia est interdit en France depuis 2008.

5. Coupe-faim interdit en France : le Sibutral

Le Sibutral est un médicament à base de sibutramine utilisé en France depuis 2001 contre l'obésité nutritionnelle. Néanmoins, ses effets secondaires sont très dangereux, car il entraîne des insomnies, des palpitations, de l'hypertension artérielle et augmente le risque de maladies cardiovasculaires. En Europe, 2 personnes sont décédées après son utilisation, c'est pourquoi il est interdit en France depuis 2010.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité