Tumeurs au cerveau : les cas inopérables

L’ablation chirurgicale constitue le principal traitement de la tumeur au cerveau. Mais toutes les tumeurs cérébrales ne sont pas opérables. Quelles sont alors les alternatives thérapeutiques envisagées ?

Publicité
Publicité

5650851-inline-500x329.jpg© Istock

Dans quels cas la chirurgie n’est-elle pas indiquée ?

Si l’intervention chirurgicale représente la meilleure option curative pour beaucoup de tumeurs cérébrales, elle n’est pourtant pas toujours indiquée, ni techniquement réalisable. Ainsi, les tumeurs bénignes, peu ou non symptomatiques et dont la localisation est complexe, ne feront pas l’objet d’une chirurgie mais bénéficieront en revanche d’une surveillance médicale accrue. En outre, opérer des tumeurs infiltrantes dont les contours ne sont pas nettement délimités, ou qui sont situées dans des zones très difficilement accessibles pour le chirurgien, peut s’avérer très risqué.

Publicité

Quels sont les autres traitements ?

La radiothérapie constitue la seconde option thérapeutique à la disposition des oncologues pour traiter les tumeurs cérébrales, bénignes ou malignes. Dans certains cas, des séances sont programmées en amont d’une chirurgie, généralement pour réduire la taille de la tumeur. On parlera alors de radiothérapie néo-adjuvante. Mais elle peut également être utilisée comme traitement principal des tumeurs inopérables, en association ou non à une chimiothérapie. Cette dernière n’est généralement pas utilisée seule car certains types de tumeurs sont insensibles aux agents chimiothérapeutiques. Il faut savoir que les progrès de l’imagerie médicale et des techniques opératoires permettent aujourd’hui d’opérer des tumeurs au cerveau jusqu’alors inopérables.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité