Cancer de l'estomac : les chances de survie

Publicité

Le cancer de l'estomac représente 3 % des cancers. Sa fréquence a largement diminué ces dernières années du fait de la diminution de la consommation de sel notamment. Cependant, même si le taux de mortalité a diminué de près de 50 % ces 20 dernières années, le cancer de l'estomac reste un cancer difficile à diagnostiquer et à traiter. Son taux de survie reste donc malheureusement bas. 

Publicité

Cancer de l'estomac© Fotolia

Le cancer de l'estomac, ses symptômes et traitements

L'adénocarcinome, ou tumeur de la muqueuse de l'estomac, est le cancer le plus fréquemment rencontré (plus de 95 % des cancers de l'estomac). Dans un premier temps, ses symptômes ressemblent aux symptômes d'autres pathologies : douleurs gastriques, nausées, vomissements, perte d'appétit, perte de poids, fatigue. Parfois, des vomissements de sang peuvent se manifester et orienter le diagnostic de manière plus spécifique. Le traitement du cancer de l'estomac dépend de l'étendue de la lésion, de sa nature et de son extension éventuelles vers d'autres organes ou ganglions. La gastrectomie, partielle ou totale, est très fréquemment pratiquée. Elle peut être accompagnée d'une chimiothérapie ou d'une radiothérapie pour améliorer les chances de survie ou pour maintenir son confort de vie si une guérison n'est pas envisageable.

Les facteurs de survie dans le cancer de l'estomac

La difficulté de diagnostic du cancer de l'estomac a un impact direct sur les chances de survie. En effet, plus celui-ci est fait rapidement, plus les chances que la lésion soit petite et bien localisée augmentent. Une lésion de ce type peut alors être enlevée totalement au cours d'une opération chirurgicale, et, si besoin en s'accompagnant d'un traitement médicamenteux ou par radiothérapie, le taux de survie est alors relativement bon (pouvant aller au-delà de 90 % à 5 ans). Malheureusement, un diagnostic plus tardif risque de révéler une tumeur étendue, invasive et ayant déjà métastasé vers d'autres organes. Les chances de survie sont alors beaucoup plus faibles. Les traitements proposés tentent d'enrayer la propagation du cancer et d'améliorer le confort de vie des patients, notamment en diminuant les douleurs causées par les éventuelles métastases.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité