Pourquoi les acouphènes sont si difficiles à traiter

Publicité

En observant l’activité cérébrale d'un homme de 50 ans, des scientifiques ont découvert la raison qui explique la difficulté à soigner les acouphènes.

Publicité

© FotoliaVous entendez sans cesse un bourdonnement dans vos oreilles ? C’est probablement dû aux acouphènes. Si aucune cause n’est identifiée (traumatisme, bouchon de cérumen…), et c’est le cas le plus fréquent, aucun traitement ne fonctionne à 100% même si certaines mesures peuvent les atténuer. Des scientifiques anglais et américains ont étudié, via un scanner, ce qui se passe dans le cerveau d’un homme de 50 ans souffrant d'acouphènes bilatéraux. Verdict : l'acouphène affecte une plus grande partie du cerveau que ce qu’ils imaginaient. Il ne touche pas seulement la partie auditive ou les régions cérébrales de la perte d'audition. Il perturbe aussi les régions liées aux émotions, à la mémoire et à l'humeur. Ce qui, pour les auteurs, explique pourquoi de nombreux traitements sont inefficaces aujourd'hui.

Lire aussi: Traiter les acouphènes sans médicaments

Un traitement qui sera "très difficile" et "très compliqué"

Publicité
"Nous essayons de cibler une des régions du cerveau mais il va falloir impliquer un tas d'aires cérébrales en même temps, a déclaré le Pr Phillip Gander, chercheur à l’Université de l’Iowa (Etats-Unis) et co-auteur de l’étude, à la chaîne de télévision américaine Foxnews . Nous espérons que les mécanismes cérébraux soulignés dans notre travail puissent être des points de départ pour cibler les traitements." Des traitements qui, selon lui, s'avèreront "très difficiles" et "très compliqués"
Publicité
Les scientifiques ont pu étudier le phénomène de l’acouphène grâce au volontaire qui souffrait aussi d’épilepsie. Celui-ci était inclus dans un programme de traitement chirurgical très particulier de l'université de l'Iowa. Seuls les patients les plus graves en font partie. "C’est rare qu’une personne nécessitant une surveillance par électrode invasive pour l’épilepsie souffre aussi d’acouphènes. Nous cherchons à en étudier le plus possible s'ils sont prêts" a conclu le Pr Gander.
ander.

L’étude a été publiée dans la revu Current Biology .

Vidéo. Acouphènes et sophrologie



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité