Jacques Chirac souffre d’une infection pulmonaire : de quoi s’agit-il ?

Jacques Chirac souffre d’une infection pulmonaire : de quoi s’agit-il ?©AFP Photos

L'ex-président de la République Jacques Chirac, âgé de 83 ans, est hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière à Paris depuis le 18 septembre en raison d'une infection pulmonaire. Le point sur son état de santé qui inquiète son entourage.

Publicité
Publicité

Alors qu'il était en vacances à Agadir au Maroc, Jacques Chirac a été rapatrié d'urgence en France pour être hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière (Paris) dimanche 18 septembre au matin. Selon son entourage il souffrirait d'une "infection pulmonaire". Derrière ce terme peuvent se cacher divers pathologies comme une pneumonie, une bronchite ou encore une broncho-pneumonie .

Publicité

La complication redoutée : l'embolie pulmonaire

Sur le site du Parisien.fr, le pneumologue Roger Escamilla du CHU de Toulouse a expliqué "qu'elle soit d'origine virale ou bactérienne, c'est une pathologie (l'infection pulmonaire, ndlr) toujours grave , que le patient ait 30 ou 83 ans, car elle est potentiellement mortelle ". Une infection pulmonaire entraîne notamment une toux, des essoufflements, une douleur thoracique et de la fièvre. Elle peut être responsable parfois d'une embolie pulmonaire, ce qu'auraient craint les médecins en charge de Jacques Chirac. Cette complication se caractérise par la migration du caillot développé dans une veine profonde qui va se bloquer dans l’artère pulmonaire . Le caillot suit le sang des jambes qui remonte au cœur, puis est expulsé par le ventricule droit dans l’artère pulmonaire où il provoque un blocage partiel de l’irrigation sanguine des poumons. Le risque est que le sang veineux, pauvre en oxygène, apporté aux poumons par l’artère pulmonaire, 'bloquée' par les caillots, ne puisse plus s’oxygéner correctement, provoquant un essoufflement.

Selon le Dr Escamilla, une infection pulmonaire "peut être efficacement enrayée par un traitement antibiotique durant une dizaine de jours" si elle est prise à temps et en fonction du germe contracté par le patient. Néanmoins " s'il est affaibli sur le plan neurologique, cela peut devenir plus compliqué " a-t-il prévenu.

Une infection peut-être liée à son AVC

D'après le pneumologue Christian Delafosse cité par Le Parisien , l'infection de Jacques Chirac serait d'origine bactérienne et liée à son AVC de 2005 : "Les patients victimes d'AVC connaissent souvent des problèmes de déglutition. Cela peut être à l'origine de ce que l'on appelle une pneumopathie d'inhalation . Dans ce cas, l'inflammation pulmonaire s'explique par un reflux gastrique dans le système pulmonaire ou par le passage d'aliments dans les voies respiratoires lors d'une fausse route. Les patients s'infectent eux-mêmes et, outre les antibiotiques, cela nécessite de les mettre sous oxygène."

Le gendre de l'ancien chef d'Etat a expliqué qu'il devrait passer plusieurs jours à l'hôpital pour y subir un certaine nombre d'examens. Certains proches se sont dits inquiets. Jacques Chirac, très fragilisé depuis le décès de sa fille Laurence en avril 2016 n'aurait "plus envie de se battre".

L'embolie pulmonaire en vidéo

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité