Comment un massage du cou peut vous causer un AVC

Publicité

Après un massage à la nuque trop vigoureux, Elisabeth Hughes, une britannique de 51 ans a perdu l'usage d'une main à la suite d'un AVC. Elle dénonce le manque de formation dans l'industrie de la beauté.

Publicité

© FotoliaLe Spa peut être le plus court chemin vers l’hôpital. C’est en tout cas l’expérience qu’a vécu Elisabeth Hughes, 51 ans, infirmière dans le Hampshire (Royaume-Uni) après son passage dans un institut de beauté en 2010.
Une semaine après un massage douloureux à la nuque promulgué par une des esthéticiennes, Elisabeth Hughes a été victime d’un AVC. Elle a raconté son histoire au DailyMail afin d’attirer l’attention sur les dangers dont certains professionnels de la beauté ne sont pas informés.

"Notre premier traitement était un soin du visage, a-t-elle raconté. […] l’esthéticienne a commencé à masser mon cou mais j’ai trouvé la pression trop forte et j’ai eu soudainement mal au côté droit comme pour une douleur musculaire. Je l'ai mentionné, mais elle a mis ma tension en cause et a continué son massage. Je pensais qu'elle devait savoir ce qu'elle faisait […] A la fin, 45 minutes plus tard, j’avais toujours mal et ce jusqu’à la fin de la journée. J’ai dû prendre des antidouleurs en rentrant".

Publicité
"Les règles de l’industrie de la beauté doivent changer"

Une semaine plus tard, Elisabeth Hughes part pour l’hôpital, victime d’un AVC. Après un scan, les médecins confirment le lien avec le soin :"l'expert m'a expliqué que ma carotide - l'artère principale qui descend le long du cou – avait été sectionnée, faisant sortir un caillot de sang qui a mis une semaine à remonter jusqu’à mon cerveau. J’ai mentionné le massage douloureux…il m'a tout de suite dit que c'était ça".
Elisabeth a aujourd’hui perdu l’usage d’une de ses mains et a des difficultés à avaler.

Selon elle, les spécialistes de la beauté ne sont pas assez formés à éviter cette zone sensible dans le cou."Quand j’entends que quelqu’un va faire un soin du visage, je lui conseille d’être prudent et de dire s’il sent que quelque chose ne va pas. Les règles de l’industrie de la beauté doivent changer. Le cou est une zone très délicate et quiconque le masse doit être renseigné sur sa vulnérabilité".

Vidéo : L'accident vasculaire cérébral

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité