Anticoagulants : alerte sur le risque hémorragique élevé

Publicité
Publicité

anticoagulant antivitamine K héparine hemorragie© Fotolia Héparine, antivitamine K... Plus de deux millions de Français prennent des traitements anticoagulants, et ce chiffre ne cesse d'augmenter. Pourtant ces derniers sont associés à un risque élevé d'hémorragie, potentiellement mortel, comme le rappelle l'ANSM dans un récent rapport.
Les antivitamines K sont la première cause d'hospitalisation pour effet indésirable. "On estime entre 5000 et 6000, le nombre d’accidents mortels liés aux hémorragies sous AVK par an", annonce l'Agence sanitaire. Ces hémorragies peuvent être cérébrale, abdominale, articulaire, et moins gravement des hématomes.
Les nouveaux anticoagulants oraux comme le Dabigatran ®, le Rivaroxaba n ®et l' Apixaban ®peuvent, eux aussi, entraîner des saignements "majeurs ou sévères" qui peuvent " menacer le pronostic vital, voire même conduire à une issue fatale ".
Des manifestations hémorragiques ont été également observés lors de la prise d' héparine et de Fondaparinux®. Dans de rares cas, ce dernier a pu entraîner des saignements intracrâniens, intracérébraux ou rétropéritonéaux.
Par conséquence, l'ANSM rappelle que ces traitements doivent être pris avec prudence chez les personnes plus à risque d'hémorragie, soit les patients âgés, souffrant d'insuffisance rénale et de faible poids corporel (moins de 50 kg). L'Agence rappelle aussi que le risque hémorragique est majoré en cas de traitement associé à l’acide acétylsalicylique (aussi appelé "aspirine"), aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (ex : ibuprofène; kétoprofène...), au Dextran 40® ou aux agents antiplaquettaires.

En cas de doute, demandez conseil à votre pharmarcien ou à votre médecin traitant.

Publicité
Source : Les anticoagulants en France en 2012, Etats des lieux et surveillance, juillet 2012, ANSM.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité