Traiter les acouphènes sans médicaments

L’acouphène, ce sifflement intermittent ou permanent, est souvent perçu comme intolérable par ceux qui en souffrent. En complément d’un traitement médicamenteux, des méthodes comme la phytothérapie, l'aromathérapie ou l'homéopathie peuvent aider à mieux les supporter. Le point avec Medisite. 

Publicité

La phytothérapie réduirait les acouphènes d’origine vasculaire

Certaines plantes utilisées en phytothérapie peuvent aider à traiter les acouphènes d’origine vasculaire et limiter l’anxiété liée à ce trouble.

Publicité

"En traitement de fond, je prescris du ginkgo biloba qui apporte un renforcement de la circulation au niveau cérébral. Si les acouphènes sont déjà ressentis depuis plusieurs semaines, il faut traiter le terrain car souvent les patients sont très inquiets. Si le sujet est anxieux avec des palpitations et des sueurs, je prescris de l’aubépine. S'il a dû mal à dormir et qu’il est un peu déprimé, je lui donne plutôt de la passiflore", précise le Dr Jacques Labescat, médecin phytothérapeute.

En pratique : une gélule d’extraits secs de ginkgo biloba matin et soir ou 50 gouttes de teinture mère de gingko bilola matin, midi et soir pendant deux mois. En cas de stress, 50 gouttes de teintures mères ou de macérât glycériné d’aubépine (Cratægus oxyacantha ) matin et soir pendant deux mois. Pour des problèmes de sommeil, une cuillère à café matin et soir en suspension intégrale de plantes fraîches de passiflore (Passiflora incarnata) jusqu'à disparition des symptômes.

Mise en garde : la passiflore peut avoir pour effets secondaires des céphalées et troubles visuels. Le ginkgo doit être évité chez les hémophiles et les personnes devant subir une opération. Ces plantes sont à éviter de manière générale chez les femmes enceintes et enfants de moins de 6 ans. Respectez bien les doses indiquées et prenez conseil auprès de votre médecin.

Vidéo. En finir avec les acouphènes

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité