Chikungunya : quels sont les traitements ?

Publicité

Responsable de graves douleurs articulaires et pouvant entraîner la mort, le virus du chikungunya doit être rapidement combattu. Medisite vous dresse la liste des traitements.

Publicité

Après une contamination par le virus du chikungunya, il faut agir vite. L'infection peut devenir rapidement invalidante, et entraîner le décès. Les traitements sont dits "symptomatiques" car ils combattent les symptômes (fièvre, douleur), non le virus directement. Il n'existe pas actuellement de traitement antiviral spécifique du chikungunya. En juillet 2014, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait annoncé le remboursement à 100% des médicaments prescrits lors d'une infection, en réponse à l'épidémie faisant plusieurs morts dans les Antilles.

Les traitements médicamenteux :

Publicité
- des antidouleurs (ex : paracétamol)

- des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS : ibuprofène...)

- parfois des corticoides dans les cas de formes sévères.

Les médicaments de type salicylés comme l'aspirine sont par contre à éviter.

Des traitements à base de plantes ?

Aucun extrait naturel de plantes n'a démontré d'efficacité à ce jour contre le virus du chikungunya. Pire, certains produits peuvent être dangereux. "L es substances à base de plantes ou d’autres produits, dont il a pu être question, (peuvent) entraîner des complications sévères, voire mortelles, en particulier chez des personnes fragilisées" prévient le ministère de la Santé.

Les phases de la transmission :

Pour rappel, la contamination par le virus du chikungunya s'effectue de personne à personne par l'intermédiaire de moustiques infectés (moustiques du genre Aedes).

- Phase 1 : Une personne est infectée par un moustique, le virus est présent dans son sang, c'est la phase virémique qui commence.

- Phase 2 : 1 à 2 jours après, elle présente les premiers signes cliniques. Pendant 7 jours, elle peut contaminer un autre moustique en étant repiquée. La fin des 7 jours marque la fin de la phase virémique.

- Phase 3 : Si un moustique la pique de nouveau, il est infecté.

- Phase 4 dite "extrinsèque" : Le virus se multiplie pendant 10 jours à l'intérieur du moustique. Il pourra le transmettre à une nouvelle personne.

Les autorités sanitaires insistent sur le fait d'expliquer à l'entourage de la personne piquée les mesures de protection pour éviter une transmission à la maison. "Pendant la phase virémique de la maladie, le patient devra se protéger des piqûres de moustiques, afin d'éviter que ceux-ci s'infectent et puissent propager la maladie dans son entourage quelques jours plus tard" rappelle l'INVS.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité