Quand la rupture d'anévrisme conduit au coma

Publicité

La rupture d’anévrisme est une forme d’accident vasculaire cérébral (AVC) hémorragique dont tout le monde a entendu parler, que tout le monde craint mais qui n’est pas toujours bien comprise. Qu’est-ce qu’un anévrisme ? Quand parle-t-on de rupture d’anévrisme ? Dans quels cas peut-il entraîner un coma ? 

Publicité

© Fotolia

L’anévrisme, lorsqu’une artère se dilate

On parle d’anévrisme lorsqu’une artère cérébrale ou une autre artère (par exemple l’aorte) se dilate. En général, une petite poche se forme et l’artère se fragilise. La paroi peut alors se fissurer ou se rompre : c’est ce qu’on appelle la rupture d’anévrisme.

Publicité
Symptômes de la rupture d’anévrisme

Avant la rupture, plusieurs signes apparaissent. Le patient a souvent mal à la tête et se sent fatigué. Des troubles digestifs (nausées, vomissements), visuels et auditifs sont également rapportés. Une rupture d’anévrisme entraîne une hémorragie et les conséquences dépendent de l’artère touchée. Si c’est le cerveau qui est atteint, les troubles s’aggravent et le sujet peut être partiellement paralysé. Si l’hémorragie interne devient trop importante, le patient tombe dans le coma et décède s’il n’est pas pris en charge rapidement.

Rupture d’anévrisme et coma artificiel

Dans certains cas, les médecins plongent délibérément le patient dans le coma après l’opération. Cette mesure a pour but de mettre le cerveau au repos et de diminuer la tension intracrânienne. L’évolution du patient varie selon les personnes. Certaines ne se réveillent jamais, d’autres se réveillent en état végétatif ou avec des séquelles plus ou moins graves.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité