6 médicaments qui peuvent abîmer votre cerveau

Perte de mémoire, troubles anxieux, addiction… En raison de leurs effets à court et long terme sur le cerveau, certains traitements sont à prendre avec précaution, et le moins longtemps possible.

Publicité

Anxiolytiques et somnifères : des liens avec Alzheimer

© IstockPlusieurs études ont montré un lien entre utilisation des benzodiazépines et pertes de mémoire ou apparition de maladies comme celle d'Alzheimer à long terme.

Publicité
" Cependant, on n'a pas encore montré qu'il y a un lien de cause à effet. Ces médicaments sont en effet utilisés chez des patients anxieux, qui sont de toute façon plus à risque pour les troubles de la mémoire. Il s'agit donc d'une inquiétude mais pas d'une certitude ", nuance le Dr Michel Dib, auteur des livres " Auto-guérison physique, psychique, émotionnelle " et " Perte de mémoire ou maladie d'Alzheimer ? " (Editions Josette Lyon). Comme ils entraînent également un risque d'addiction et des troubles de la vigilance, la prudence recommande de limiter au maximum les doses prescrites et la durée d'utilisation et les doses prescrites.

Celle-ci est d'ailleurs limitée à 4 semaines pour les benzodiazépines hypnotiques (Rohypnol®, Noctamide®... et apparentés : Stilnox®/Zolpidem®) et 8 semaines pour les benzodiazépines anxiolytiques (Xanax®, Lexomil®, Ativan®, Valium®... et génériques), notamment pour ne pas provoquer d'accoutumance.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité