Sérodiagnostic maladie de Lyme

Sérodiagnostic maladie de Lyme : Intérêt

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse liée à la transmission à l'homme d'une bactérie, Borrelia burgdorferi, par morsure de tiques. 27 000 cas ont été recensés ces dernières années, en particulier dans les régions de l'Est de la France, en Alsace et dans la Meuse. Le sérodiagnostic de la maladie de Lyme par deux tests successifs (Elisa et Western Blot) ne permet pas d'affirmer son diagnostic car il existe des faux positifs et des faux négatifs. La maladie de Lyme se manifeste dans les premières semaines après une morsure de tiques par la survenue d'une rougeur circulaire au niveau de la peau (érythème migrans) et divers symptômes infectieux. Si elle n'est pas traitée précocement, la maladie de Lyme peut devenir chronique et se manifester durant plusieurs années par divers troubles neurologiques, cardiaques et articulaires.

Publicité
Sérodiagnostic maladie de Lyme : Conditions du prélèvement

Le prélèvement veineux s’effectue le plus souvent au niveau du bras. Il n’y a pas de conditions spéciales pour ce prélèvement (mais d’autres examens demandés dans le même bilan peuvent exiger des précautions particulières). Deux tests sont recommandés, le premier "test Elisa" qui sera suivi, le cas échéant, par un test "Western Blot" pour confirmation.

Sérodiagnostic maladie de Lyme : Résultats

Résultats normaux : Un sérodiagnostic Elisa négatif ne permet pas de réfuter un diagnostic de maladie de Lyme après morsure de tique car il existe de faux négatifs du fait de la manifestation de la maladie parfois plusieurs semaines ou plusieurs mois après la morsure.

Résultats anormaux : Si le sérodiagnostic Elisa revient positif, il doit être confirmé par un autre test, le test Wester Blot, plus fiable et plus précis que le précédent. Mais dans un sens comme dans l'autre, ces deux tests ne peuvent affirmer le diagnostic de la maladie de Lyme. Ils participent cependant, par un faisceau d'arguments cliniques, biologiques et épidémiologiques, à l'établissement du diagnostic pour traiter la maladie. Les résultats s'expriment sous la forme de taux d'IgM (immunoglobuline M qui témoigne d'une infection récente) ou d'IgG (immunoglobuline G qui témoigne d'une infection ancienne). En cas de doute sur les résultats, il faut consulter un médecin connaissant bien la maladie de Lyme dans sa forme chronique qui sera à même d'interpréter correctement ces tests.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité