Crohn (maladie de)

Crohn (maladie de) : Définition

La maladie de Crohn est une maladie intestinale inflammatoire de type colite qui débute avant l’âge de 40 ans. Théoriquement, elle peut atteindre tous les segments du tube digestif. Toutefois, elle est le plus souvent localisée dans l’iléon et le colon, rarement dans le rectum. Elle est caractérisée par un œdème de la paroi de l’intestin et des ulcérations plus ou moins larges et plus ou moins profondes. Ces dernières peuvent évoluer en fissures qui traversent toute la paroi, provoquant ainsi fistules et abcès. La maladie a été décrite pour la première fois par Crohn en 1932. Elle touche 40 000 Français et progresse de 2 000 cas par an dans notre pays.

Publicité
Crohn (maladie de) : Causes

La cause de la maladie de Crohn est inconnue, mais des formes familiales se rencontrent dans 5 % des cas. Comme toutes les affections de cause inconnue, la maladie attise l’imagination des chercheurs, donnant lieu parfois à des résultats fantaisistes. Un chercheur américain du nom de Sullivan a affirmé en 1990 qu’elle était provoquée par… le dentifrice et qu’il suffisait de bien se rincer les dents après son usage pour éviter la maladie !

Crohn (maladie de) : Symptomes

Le début de la maladie de Crohn est lent et insidieux dans 80 % des cas: diarrhées épisodiques et vagues douleurs abdominales pendant des mois ou des années. Lorsque la maladie s’installe, la diarrhée chronique d’intensité moyenne, parfois grasse, rarement sanglante, est le symptôme principal. Y sont associés: douleurs abdominales (localisées dans la fosse iliaque droite) fixes et continues, paroxystiques ou atypiques, amaigrissement, fièvre, lésions anales, masse douloureuse dans la fosse iliaque droite, manifestations articulaires (polyarthrite, spondylarthrite…), signes cutanés et muqueux (érythème noueux, ulcérations cutanées, aphtes, glossite, iritis…), troubles hépatiques (hépatite, cirrhose, stéatose, lithiase…), manifestations urinaires (compressions urétérales, amylose rénale, fistules iléo-vésicales, lithiase urinaire…) ; fistules génitales avec stérilité possibles.

Crohn (maladie de) : Prévention

La cause étant inconnue, il n’y a aucune prévention possible. Les récidives peuvent faire l’objet d’une prévention médicamenteuse à base de salicylés.

Crohn (maladie de) : Examens

L’observation des symptômes oriente le diagnostic, mais des examens complémentaires, radiologiques notamment, permettent de le confirmer de façon certaine. Une vitesse de sédimentation augmentée, une hyper alpha 2-globulinémie, des signes de carence (anémie, hypoprotidémie) et des signes divers de malabsorption sont recherchés dans l’analyse biologique. La confusion avec la colite cousine, la recto-colite hémorragique (RCH), est possible quand un seul segment est malade, comme c’est le cas généralement, mais si plusieurs segments sont touchés, ils sont séparés par des intervalles de muqueuse saine, contrairement aux lésions de la RCH.

Outre une analyse sanguine, l’examen radiologique est important pour confirmer le diagnostic : le transit du grêle (radio) et le lavement baryté (radio) montrent des images typiques de la maladie de Crohn. La coloscopie, la rectoscopie et la biopsie de la muqueuse rectale ou des lésions anales sont complémentaires. Le scanner aide en cas d’abcès.

Crohn (maladie de) : Traitements

Pendant les poussées, le traitement repose sur les:

- Restrictions nutritionnelles avec prise de produits de diète et régime sans résidus (suppression des aliments contenant des fibres) dans les formes mineures, sonde digestive placée dans le duodénum dans les formes moyennes, perfusions intraveineuses avec repos digestif absolu dans les formes sévères

- Antidiarrhéiques (codéine, lopéramide, cholestyramine)

- Corticoïdes à titre anti-inflammatoire et antalgique

- Salicylés (acide 5-aminosalicylique ou 5-ASA, sulfasalazine, mésalazine, salazopyrine)

- Antibiotiques contre le déséquilibre de la flore intestinale (tétracycline, ciprofloxacine ou métronidazole)

Le traitement chirurgical (résection intestinale) s’impose souvent, à l’occasion d’une complication ou quand la maladie devient trop invalidante par ses récidives. 50 % des sujets sont opérés au bout de dix ans de maladie.

Crohn (maladie de) : Evolution

La maladie évolue par poussées d’intensité variable, souvent spontanément régressives, mais malheureusement, elle ne guérit jamais complètement. Les complications sont fréquentes, tant intestinales (perforations, hémorragies, occlusions, abcès, fistules, fissurations) que recto-anales (fissurations, abcès). Les récidives après opération sont également fréquentes: 30 % à 5 ans, 50 % à 10 ans et 65 % à 15 ans. Les récidives après réopération le sont encore plus, elles touchent un patient sur deux, néanmoins, 90 % d’entre eux jugent leur état meilleur après l’intervention, malgré la pose d’un anus artificiel dans 25 % des cas. 5 % des patients décèdent des complications infectieuses ou chirurgicales.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité