Faire l'amour sans contraception : la période où le risque de grossesse est le plus faible

Faire l'amour sans contraception : la période où le risque de grossesse est le plus faible©iStock
Publicité

S’ils veulent faire l’amour sans contraception, les couples qui ne souhaitent pas concevoir doivent tenter de repérer la période au cours de laquelle le risque de grossesse est le plus important. De même que lorsque l’on opte pour une méthode de contraception naturelle, le risque zéro n’existe pas.

Publicité

L’amour sans contraception : risques de grossesse accrus

Faire l’amour sans contraception comporte un risque de grossesse extrême dès lors que les rapports ne sont pas protégés. Si les couples qui souhaitent pratiquer la contraception naturelle sont contraints de bien connaître le cycle de la femme, ils doivent savoir que cette solution n’est pas fiable. En effet, même si le cycle est très régulier, l’ovulation peut être décalée de quelques jours sans aucune raison. Faire l’amour sans contraception et sans protection implique la pratique de l’abstinence périodique au moment où le risque de concevoir est le plus important. Cela est tout aussi indiqué lorsqu’un mode de contraception naturelle est souhaité. Mais l’absence de risque de grossesse est loin d’être garanti.

Contraception naturelle : repérer les jours de fertilité

Pour pratiquer une contraception naturelle tout en se laissant la possibilité de faire l’amour sans protection, il est fondamental de repérer la période au cours de laquelle la femme est la plus fertile. Le risque de grossesse est le plus important dans les heures qui précèdent l’ovulation et lorsque celle-ci vient juste d’avoir lieu. A ce moment précis, l’ovule, dont la durée de vie est de 24 heures, peut tout à fait être fécondé par les spermatozoïdes qui, eux, ont une longévité maximale de 5 jours dans le corps de la femme.
Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les risques de grossesse en utilisant une méthode de contraception naturelle basée sur l’abstinence périodique sont de 25 % si l’on prend en compte les erreurs de suivi du cycle.

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité