Tumeur au foie : la greffe comme traitement

Le cancer du foie est fréquent, mais il faut distinguer les tumeurs secondaires, ou métastases de cancers d'autres zones, et les tumeurs primitives, plus rares. La greffe hépatique est proposée en cas de tumeur primitive.

Publicité
Publicité

5962361-inline-500x333.jpg© Istock

Quels sont les signes d'une tumeur primitive du foie ?

La tumeur primitive du foie passe tout d'abord inaperçue. Lorsque la tumeur évolue, des douleurs de la partie haute de l'abdomen apparaissent et deviennent chroniques. Le foie peut se mettre à grossir, et il devient sensible et dur à la palpation, sous les côtes, à droite. Des troubles digestifs peuvent également être présents. On pratique alors une échographie et un scanner abdominaux, qui vont permettre de visualiser la(les) tumeur(s) et de la(es) mesurer. Le bilan d'extension et la recherche de métastases vont guider le choix du traitement, ainsi que la présence ou non d'une cirrhose hépatique associée.

Publicité

Quand proposer une greffe hépatique devant une tumeur au foie ?

La greffe de foie est proposée devant des tumeurs primitives du foie, de petite taille et peu nombreuses. Ces tumeurs peuvent entraîner une cirrhose hépatique. C'est dans ces cas que l'on va envisager la greffe, si le cancer ne s'est pas généralisé. La transplantation hépatique permettra de guérir le cancer, la cirrhose, et de diminuer le risque de récidive. Il s'agit d'une opération lourde et dépendant de la disponibilité d'un greffon. Le patient doit être surveillé en raison du risque de rejet de greffe. Un traitement immunosuppresseur est obligatoire.

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité