Vivre plus au nord favoriserait la maladie d’Alzheimer

Publicité

Des chercheurs écossais révèlent que les risques de démence sont plus importants pour les personnes vivant dans les pays les plus froids.

Publicité

© gpoint studioUne étude de l’Université d’Edimbourg (Ecosse) montre que le taux de démence est plus élevé chez les personnes vivant dans les pays aux températures les plus basses. Les scientifiques pensent que ce résultat est lié à des facteurs environnementaux tels que le niveau de la lumière du soleil et l’exposition à la vitamine D.

Réduire de moitié les cas de démence

Publicité
Pour arriver à cette conclusion, ils ont réalisé deux études. L’une prenant en compte 26 000 jumeaux suédois et l’autre 37 000 Ecossais. La première montre que les jumeaux du nord du pays sont trois fois plus susceptibles de développer des signes de démence que ceux du sud. Les facteurs de l’âge et du sexe ont également été pris en compte. La même tendance a été observée pour la recherche menée en Ecosse.

Avec cette découverte, le Dr Tom Russ, principal auteur de la recherche, espère réduire de moitié les cas de démences qui touchent près de 900 000 personnes en France selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

L’étude a été publiée dans la revue Epidemiology .

Vidéo. La maladie d'Alzheimer

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité