Tampon : un moyen qui pourrait éviter de mourir d’un choc toxique

Publicité

Des scientifiques autrichiens sont en train de mettre en place un vaccin prometteur contre la maladie du tampon. 

Publicité

© IstockUn vaccin pour éviter le syndrome du choc toxique (SCT) ? Des chercheurs du département de pharmacologie clinique de l’université de médecine de Vienne disent avoir développé le premier sérum contre ce syndrome surnommé maladie du tampon.

"Nous sommes sur la bonne voie pour obtenir un vaccin qui empêchera cette maladie grave de se développer. Toutefois, il faudra encore quelques années avant qu'il ne soit proposé dans l'utilisation clinique" a cependant tempéré Martha Eibl, directrice du Biomedizinische Forschungsgesellscaft mbH, qui a collaboré à l’élaboration du vaccin.

Publicité
Le syndrome du choc toxique correspond à un empoisonnement sanguin dû à une toxine bactérienne, déclenché généralement par des bactéries du groupe Staphylococcus qui se trouvent dans le vagin. Potentiellement mortelle, elle est souvent liée au port de tampons par les femmes pendant les règles. La flambée des cas a conduit à la réglementation des tampons sur le marché (moins de capacité d’absorption et donc changement plus régulier).

Une deuxième étude sur le point d’être lancée

Elle peut toucher les personnes au système immunitaire affaibli, en particulier les personnes en dialyse, les malades chroniques, les malades du foie et les personnes qui se remettent d’opérations cardiaques. Néanmoins, selon le Dr Berd Jilma de l’université viennoise, dans 50% des cas le choc a été associé à la période des règles chez les jeunes femmes.

Pour l’instant le vaccin a été testé sur 46 jeunes hommes et femmes et aucun n’effet secondaire n’a été perçu. Développé à partir d’une toxine de Staphylococcus détoxifiée, il est transmis sous forme d’injection et permet au porteur de développer des anticorps qui deviennent actifs si les germes commencent à représenter une menace.
Une deuxième phase d’essai va être lancée. Les scientifiques recherchent des volontaires.

Vidéo. L'épisiotomie en images.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité