Richard Cross, l'ex-coach de la Star Ac, révèle être atteint du Sida

Dans un entretien accordé au magazine Ici Paris, Richard Cross, ex-coach vocal de l'émission télévisée Star Academy, révèle être porteur du virus du Sida. Cela fait plus de 30 ans qu'il garde ce lourd secret.

Publicité
Publicité

C'est dans les saisons 5, 6 et 7 de l'émission Star Academy que l'on a découvert Richard Cross. Ce coach vocal sympathique et pédagogue confie aujourd'hui au magazine Ici Paris être porteur du virus du Sida depuis 34 ans. Un secret qu'il cacha à sa famille et à ses proches. C'est en 1979 que le virus le contamine mais il ne le sait pas encore. Il fait un test 3 ans plus tard, après avoir appris le décès d'un de ses ex-partenaires dont il découvre par les parents qu'il était porteur du Sida. Le test est positif. "J’ai 27 ans, je mène la revue du Moulin rouge à Paris. J’ai une vie intense et passionnante. C’est un choc !", raconte-t-il. On ne lui donnait alors que 6 mois à vivre. "À cette époque, c’était le flip total ! On n’osait pas vous serrer la main, encore moins vous embrasser" se souvient Richard. Volontaire, Richard continue d'assurer sa carrière comme si de rien n'était et cache sa maladie à son entourage. Mais en 1995, son état se détériore. "Cette année-là, mon père meurt. [...] Un jour dans la rue, je me suis mis à cracher du sang", raconte-t-il. Il développe alors des cancers "opportunistes" de la bouche et des muqueuses. Il perd 20 kilos et avoue avoir pensé au suicide.

La trithérapie lui redonne espoir

Publicité
Richard Cross retrouve espoir quand la trithérapie apparaît. Les effets secondaires des traitements sont lourds mais son état de santé s'améliore. Il suit plus tard le protocole Iccarre mis au point par le Dr Jacques Leibowitch. "Les résultats sont spectaculaires. La charge virale reste indétectable. Les effets secondaires effrayants de la trithérapie disparaissent. Si les 150 00 malades suivaient ce protocole, la Sécurité sociale économiserait presque 2 milliards d’euros par an. Mais attention, il est hors de question de se lancer sans contrôle médical dans ce traitement allégé. J’en parle en connaissance de cause" témoigne Richard. Aujourd'hui, il veut se battre pour que cette thérapie soit reprise par les laboratoires. Il a lancé une pétition et organise une soirée le 1er décembre pour la Journée mondiale de lutte contre le Sida.

Source : Ici Paris , édition du 25 septembre 2013.

Lire aussi : Ces stars touchées par le Sida

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité