Pourquoi faire la grasse matinée le week-end est mauvais pour le coeur ?

Publicité

Des chercheurs américains ont démontré que la grasse matinée perturberait l’organisme au point d’engendrer des facteurs de risque pouvant conduire à de graves troubles métaboliques. Explications.

Publicité

C’est la première chose à laquelle on pense quand on évoque le week-end : les grasses matinées. L’idée de ne pas mettre son réveil pendant deux jours est tentante et pourtant il s’agit là d’une mauvaise habitude qui, petit à petit, est très néfaste pour votre organisme. C’est plus précisément le décalage entre les horaires de semaine et celles du week-end qui perturberait l’organisme au point de favoriser le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires.

Des chercheurs de l’université de Pittsburgh ont en effet estimé dans une récente étude qu’il valait mieux miser sur une régularité du lever pour minimiser les risques de troubles métaboliques. Pour en venir à cette conclusion, ils ont fait appel à 450 participants âgés de 20 à 54 ans travaillant au moins 25 heures par semaine. Chaque volontaire devait porter sur lui un bracelet connecté qui enregistrait leur sommeil et indiquer des habitudes alimentaires et sportives.

Publicité
Un vrai décalage horaire

Les données ont montré que 85% des participants se levaient plus tard le week-end que la semaine et l’inverse pour 15% d’entre eux. Les chercheurs ont constaté que les personnes qui se levaient plus tard le week-end, qui subissaient donc un décalage plus important, présentaient davantage de facteurs de risque pouvant mener à un diabète ou une maladie cardiovasculaire comme un important taux de cholestérol, taux de résistance à l’insuline, un indice de masse corporelle et un tour de taille plus élevé.

Plus le décalage est important entre le rythme de sommeil de la semaine et celui du week-end, plus ces risques seraient grands. Un phénomène que les chercheurs ont nommé "social jetlag". " Le décalage horaire social se réfère à l'inadéquation entre le rythme circadien biologique individuel et l'emploi du temps de sommeil socialement imposé ", analyse Patricia M.Wong, principal auteur de l'étude. "D'autres chercheurs ont découvert que le décalage horaire social était corrélé à l'obésité ainsi qu'à des indicateurs de la fonction cardiovasculair

Publicité
En clair, l’organisme doit faire face chaque semaine à un décalage horaire, ce qui perturbe le cycle circadien, chargé de réguler le sommeil et l’éveil. Mieux vaut donc penser au réveil le week-end aussi.
/span>

Vidéo Optimiser le sommeil

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité