Médicaments : les anticoagulants seraient inutiles et inefficaces, selon le Pr Even

Après les statines pour lutter contre le cholestérol, le très controversé Professeur Even publie un livre intitulé Corruptions et crédulité en médecine, où il pointe du doigt l’inefficacité des anticoagulants oraux et des antiagrégants plaquettaires. Explications.

Publicité
Publicité

© FotoliaCorruptions et crédulité en médecine , tel est le nom du nouveau livre du Professeur Philippe Even, qui risque de faire du bruit dans le monde médical. L’ancien pneumologue est déjà l’auteur de deux best-sellers très controversés en médecine : Guide des 4.000 médicaments et La vérité sur le cholestérol . Dans ce dernier, il y mettait en doute les effets délétères du cholestérol sur les artères, et remettait en cause l’efficacité des statines pour traiter cette pathologie.

Des études cliniques remises en question

Publicité
Ici, en plus de rappeler les liaisons dangereuses entre certains médecins et l’industrie pharmaceutique, le médecin pointe du doigt les nouveaux anticoagulants oraux (les NACO, dont Pradaxa®, Xarelto® et Eliquis®) et les antiagrégants plaquettaires (AAP).

Les premiers sont des médicaments utilisés dans le traitement des phlébites et embolies pulmonaires, ainsi que dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux (AVC) dans certaines pathologies, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm). Mais celle-ci précise que les nouveaux anticoagulants oraux, "peuvent, comme les autres anticoagulants, être à l’origine de complications hémorragiques parfois graves." Cependant, ils font l’objet d’un suivi renforcé afin de mesurer le risque, qui ne semble pas pour l’instant supérieur à celui des anticoagulants de la génération précédente (antivitamines K, ou AVK).

Mais pour le Pr Even, les résultats des essais cliniques menés sur les NACO ne sont pas fiables, car menés "sur des malades idéaux, sélectionnés, et non représentatifs de la population générale." Sauf qu’en réalité, cette méthode est la base de tous les essais cliniques donnant lieu à une autorisation de mise sur le marché, pour éviter les biais. Qu’à cela ne tienne, dans son livre, le Pr Even recommande de "systématiquement diviser par deux les résultats positifs et multiplier par deux les effets secondaires."

Les antiagrégants plaquettaires, "une gigantesque arnaque" ?

Quant aux antiagrégants plaquettaires (AAP) qui empêchent l’agglutination des plaquettes, c’est "une gigantesque arnaque" pour le spécialiste, qui ne jure que par l’aspirine. La promotion du clopidogrel (Plavix®) de Sanofi serait ainsi "le casse du siècle", "l’arnaque planétaire", ou "comment vendre 10 milliards de dollars par an un médicament inutile." Les nouveaux AAP tels que le clopidogrel, le prasugrel et le ticagrelor n’ont selon lui aucun intérêt dans la prévention des problèmes cardiovasculaires (infarctus, formation de caillot sanguin…). Prescrits seuls ou en association avec l’aspirine, ces nouveaux médicaments sont censés avoir une meilleure efficacité que les anciennes générations d’AAP.

La réaction des institutions médicales et pharmaceutiques risque de ne pas tarder à se faire entendre.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité