Les pouvoirs de la grenade pour prévenir Alzheimer

Publicité

En isolant tous les composants de la grenade, des chercheurs ont découvert que l'un de ses polyphénols se transforme une fois métabolisé dans l'organisme et s'avère efficace pour ralentir la progression de la bêta-amyloïde, une protéine néfaste pour le système nerveux.

Publicité

Riche en antioxydants, la grenade fait souvent l'objet de recherches pour tester ses vertus contre des maladies cardiovasculaires ou certains cancers. Mais ses effets bénéfiques ne s'arrêteraient pas là selon une étude parue dans la revue ACS Chemical Neuroscience. Des chercheurs estiment que l'extrait de grenade, également connue ses polyphénols, peut prévenir le développement de la maladie d'Alzheimer. Et alors que les précédentes études ne citaient pas la molécule à l'origine des nombreux bienfaits qui lui sont attribués, ils ont découvert, cette fois, celle qui agirait contre cette maladie cognitive.

Tout se passe dans l'estomac

Publicité
Les composés à l'origine de ce processus bénéfique sont les urolithines, créés lorsque les bactéries de l'intestin décomposent les polyphénols. La maladie d'Alzheimer se caractérise par l'apparition de protéines amyloïde, qui apparaissent sous forme de plaque entre les neurones. Pour éviter leur propagation, une molécule doit pour cela traverser la barrière hémato-encéphalique, qui protège le cerveau des substances nocives de pénétrer dans le cerveau. Des travaux antérieurs ont démontré que l'extrait de grenade a eu cet effet sur des animaux, mais les chercheurs n'étaient pas parvenus à identifier le composé responsable.
Publicité
Pour comprendre comment les molécules de la grenade pouvaient à la fois passer la barrière hémato-encéphalique et prévenir la formation de ces protéines, les chercheurs les ont identifiés une par une. Parmi les 21 composés isolés, la plupart des polyphénols, aucun ne pouvait agir de cette façon. En revanche, l'un de leurs métabolites, les urolithines en étaient capables. Ces derniers sont des composés anti-inflammatoires qui se forment lorsque l'ellagitanins, l'un des polyphénols, est métabolisé par des bactéries intestinales. Si d'autres tests sont nécessaires pour déterminer si les effets protecteurs sont efficaces sur les humains, les chercheurs se montrent optimistes.
tes.

Vidéo. La maladie d'Alzheimer

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité