L’ADN "poubelle" dépisterait les personnes à risques d’insuffisance cardiaque

Publicité

Des chercheurs ont mis en évidence l’existence d’un lien entre l’ADN "poubelle" et l’insuffisance cardiaque chez l’Homme.

Publicité

Si depuis une étude de 2012, on sait que l’ADN "poubelle" a conservé toute sa fonction biologique, une nouvelle étude démontre son implication dans certaines pathologies. Selon des chercheurs de l’université de St. Louis (USA), cet ADN, ou plus précisément les ARN qu’il produit, aurait un lien avec l’insuffisance cardiaque.

Les molécules d’ARN de 24 patients ont été analysées dans leur totalité. Huit avaient un cœur sain, huit souffraient d’une insuffisance cardiaque ischémique, les huit derniers d’une insuffisance cardiaque non ischémique. Chaque malade a reçu pendant l’expérience un dispositif d’assistance ventriculaire gauche (DAVG), augmentant la capacité de pompage de l’organe en attendant une transplantation. Si les huit cœurs sains n’ont été analysés qu’une fois, les 16 défaillants ont été échantillonnés avant et après l’implantation.

Publicité
Résultat ? Les profils d’expression des ARN ont permis d’identifier les deux grands types d’insuffisance cardiaque, ainsi que de différencier un cœur malade d’un cœur sain. L’analyse de ces ARN s’est également révélée être un marqueur de l’efficacité du DAVG : les patients ayant admis une amélioration après l’implantation présentaient une modification de 10% de ces molécules.

Si les chercheurs ne peuvent pour le moment dire si cet ADN "poubelle" est responsable d’une insuffisance cardiaque ou une de ses conséquences, ils suggèrent son rôle probable dans la régulation de plusieurs gènes impliqués dans la fonction cardiaque.

Ces résultats, publiés dans la revue Circulation laissent espérer la mise en place d'un dépistage précoce de la maladie.

Qu'est-ce que l'insuffisance cardiaque ?

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité