Fantasme : les femmes rêvent de soumission, les hommes veulent du concret !

Publicité

Vos fantasmes sont-ils normaux ? C'est sur cette réponse que planchent des chercheurs de Montréal. Ils publient leurs premières constations dans le célèbre Journal of Sexual Medicine.

Publicité

Faire l’amour avec deux femmes, deux hommes, en étant déguisé… Tout le monde a des fantasmes mais certains sont plus inavouables que d’autres. Pour la première fois, des chercheurs de l’Institut de santé mentale de Montréal ont décidé de mener des études pour définir scientifiquement la normalité en matière de fantasme et voir ce qui est vraiment anormal et déviant. Constatant qu’actuellement seuls ceux dits pathologiques sont connus, c’est-à-dire impliquant des partenaires non-consentants et induisant la douleur. En interrogeant 1517 adultes sur leurs fantasmes, ils ont constaté :

- Qu’il y a plus de fantasmes classiques que déviants.
- Que les hommes ont plus de fantasmes que les femmes.
- Que les fantasmes féminins sont majoritairement liés à la soumission (être attachée, fessée, "forcée" à avoir des relations sexuelles (dans le cadre d'une relation consentante avec leur partenaire bien sûr).
- Que les femmes ont en général des envies qu’elles ne souhaitent pas réaliser (faire l’amour tout en étant soumise à un homme qu’elle ne connaisse pas par exemple) contrairement aux hommes (faire l’amour à trois).
- Que les femmes ont tendance à plus fantasmer sur un tiers que sur leur partenaire.
- Que les hommes en couple fantasment plus sur une relation extra-conjugale que les femmes.

Lire aussi

Publicité
Publicité
Les scientifiques mènent maintenant des analyses statistiques pour démontrer l’existence de sous-groupes homogènes d’individus sur la base des déclarations de leurs fantasmes. "Par exemple, les gens qui ont des fantasmes de soumission ont aussi souvent des fantasmes de domination. Ces deux thèmes ne sont donc pas exclusifs, bien au contraire. Ils semblent également associés à un niveau plus élevé de satisfaction" a expliqué Christian Joyal, auteur principal de l’étude. Les premiers résultats ont été publiés dans le Journal of Sexual Medicine . Attendons de voir le second volet.
nd volet.

Vidéo. Faut-il réaliser ses fantasmes ?



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité