Episiotomie : une sage-femme dénonce le point de suture pour le mari !

Selon les déclarations d'une sage-femme, les femmes auraient la possibilité d'avoir un point de suture supplémentaire lors d'une épisiotomie pour donner plus de plaisir à leur conjoint.

Publicité
Publicité

Le 21 mars dernier, Agnès-Ledig ancienne sage-femme devenue écrivain a créé la polémique. Selon elle, juste après un accouchement, des médecins proposeraient aux femmes une manipulation chirurgicale qu'on appelle "point du mari". Cette technique consiste à faire un point de suture supplémentaire pour resserrer l'entrée du vagin, au moment où le chirurgien recoud le périnée après une épisiotomie. Pourquoi ? Pour permettre de donner plus de plaisir à l'homme lors des futurs rapports sexuels .

"Une ignominie humaine"
Sur le blog d'Isabelle Alonso, féministe et ancienne chroniqueuse TV, Agnès Ledig qualifie cet acte "d'ignominie humaine". Elle affirme qu'après le choc émotionnel de l'accouchement, la femme n'a pas vraiment l'esprit de refuser et que plus tard certaines d'entre elles souffrent de douleurs pendant les rapports à cause de ce "point du mari".

Publicité
Une technique bien réelle mais pas sans accord
Sur la toile, de nombreux médecins s'insurgent. Pour le Dr Michaël Dahan, interrogé par le quotidien 20minutes , la sage-femme "a dû sauter sur une plaisanterie pour écrire cela". Il explique qu'un point de suture de 3mm pour resserrer le vagin n'aurait aucun intérêt ni pour l'homme ni pour la femme. En revanche, il existe bien une intervention chirurgicale post-accouchement appelée "périnéorraphie" plus lourde qui nécessite le consentement éclairé de la patiente. Cette intervention consiste à suturer les deux lèvres de l'enveloppe cutanée ou des muscles releveurs du plancher pelvien, après la déchirure ou l'incision du périnée l'ayant trop abîmé.

une vidéo pour en savoir plus sur l'épisiotomie :

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité