Anesthésie : quels sont les risques de se réveiller pendant l'opération ?

Publicité
Publicité

anesthesie consciente© Fotolia Se réveiller en pleine opération, c'est notre peur à tous quand on doit se faire opérer. Et bien, sachez que c’est le cauchemar qu'ont vécu 153 patients en 2011, en Grande-Bretagne ! Un chiffre inquiétant révélé par une enquête effectuée auprès de 7000 anesthésistes. Sur les 153 cas d’anesthésies éveillées, 30% ont déclaré être complètement conscients pendant l’opération et 62% ont expliqué avoir ressenti la douleur ! Pour la moitié d’entre eux, l’anesthésie n’avait pas marché dès le début de l’injection du produit alors que pour 23%, son effet s'est arrêté avant la fin de l'intervention. Sarah Newtown, une maman de 32 ans opérée il y a 2 ans témoigne de son calvaire après avoir ressenti qu’on lui ouvrait le ventre. "J’ai vraiment cru que j’allais mourir. J’avais l’impression d’être torturée sans pouvoir rien y faire" ( Daily Mail ). Pour le Pr Tim Cook, auteur de l'enquête, il ne faut pas paniquer. "Le risque d’un tel évènement reste très faible et a considérablement diminué ces dernières années."
Pourquoi on se réveille ? Lors d’une anesthésie générale, l’anesthésiste injecte un hypnotique, pour endormir, un analgésique, anti-douleur, et du curare pour détendre les muscles. Le réveil peut survenir dans deux cas : soit le dosage d’hypnotique est inadapté et le patient se réveille sans sentir la douleur, soit l’organisme du patient élimine trop vite les produits (lorsque le corps contient trop d’enzymes, par exemple chez les personne buvant beaucoup d’alcool) et le patient se réveille, non sans douleur.
Peut-on éviter cette complication ? Vous ne pouvez pas faire grand-chose à votre niveau, sauf indiquer, si c’est le cas, votre consommation d’alcool durant la visite pre-opératoire. D’après notre contact médecin anesthésiste, les effets de l'anesthésie peuvent s'estomper, mais l'anesthésiste doit s’en rendre compte avant que le patient ne s'éveille, en surveillant sa tension et son rythme cardiaque. Il existe aussi des appareils de bloc opératoire capables de mesurer la profondeur de l'anesthésie générale.

Publicité

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité