Trouble de la vue : qu'est-ce que l'hémianopsie ?

Publié le 04 Décembre 2018 à 15h01 par La Rédaction Médisite
L’hémianopsie fait partie de ce que l’on appelle les « scotomes », terminologie générique qui regroupe les différentes lacunes susceptibles d’altérer le champ visuel.  Ces anomalies, qui peuvent aller de simples points noirs à des taches lumineuses, sont perçues ou non par le patient. Comment se manifeste l’hémianopsie ? A quoi est-elle due ?
Istock

L’hémianopsie, quels signes ?

Ce scotome se traduit par une perte visuelle au sein d’un hémichamp, soit uniquement au sein d’une moitié du champ visuel. Cette lacune est généralement consécutive à une lésion du nerf optique. En fonction de la localisation de l’atteinte neurologique, l’hémianopsie revêtira des caractéristiques différentes. Pour aider le patient à décrire l’emplacement du scotome ou pour poser eux-mêmes un diagnostic, les ophtalmologues ont divisé le champ visuel en une grille quadrillée s’articulant autour d’un axe vertical (hémichamp visuel inférieur, hémichamp supérieur) et d’un axe horizontal (hémichamp visuel gauche, hémichamp visuel droit).

L’hémianopsie, quelles causes ?

La lésion du nerf optique à l’origine de l’hémianopsie peut être causée par différentes pathologies. Le développement d’une tumeur cérébrale, notamment, peut impacter directement les nerfs visuels en les comprimant. Certaines pathologies métaboliques telles que le diabète ou la maladie de Basedow peuvent aussi affecter l’acuité oculaire. Mais le trouble visuel peut également survenir à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC) qui aura, pendant un temps plus ou moins long, altéré la circulation sanguine au sein du cerveau et des différentes structures nerveuses qui le sous-tendent. Enfin, certains chocs traumatiques au niveau de la boîte crânienne sont aussi susceptibles d’occasionner une lésion nerveuse d’importance au niveau du nerf optique.

L’hémianopsie, quel diagnostic ?

Pour affiner son diagnostic, l’ophtalmologue va procéder à un examen clinique approfondi des deux yeux afin de détecter une éventuelle anomalie. Il va également effectuer une évaluation de l’acuité visuelle de son patient. Ensuite, il va chercher à identifier le type de scotomes visuels dont souffre son patient. En effet, il existe quatre grandes catégories de scotomes : le scotome central, le scotome mobile, l’hémianopsie et le scotome scintillant. Dans la majorité des cas, le praticien utilise des gouttes pour dilater les pupilles et ainsi pouvoir visualiser la rétine et le nerf optique.

L’hémianopsie, quels traitements ?

La prise en charge de l’hémianopsie dépend naturellement de sa cause initiale. Lorsqu’il est envisageable, le traitement de la lésion nerveuse peut permettre de résoudre la lacune visuelle. Dans la majorité des cas, l’ophtalmologue préconise des séances de rééducation oculaire chez un orthoptiste afin d’apprendre au patient à mieux utiliser son champ visuel. Dans certains autres cas, une opération chirurgicale peut être envisagée. Il est impératif de consulter un médecin dès l’apparition des premiers symptômes, car la mise en œuvre d’un traitement précoce laisse entrevoir des perspectives de guérison plus importantes. Une prise en charge tardive, elle, accroît le risque de complication et de dégradation du champ visuel.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.