Sommaire

Cataracte, DMLA : pur argument marketing ?

Cataracte, DMLA : pur argument marketing ?© Istock

Le marketing joue sur l’ambiguïté de la protection. Si les lunettes solaires protègent à tout âge des kératites et autres brûlures oculaires, en porter après 50 ans ne protège ni de la cataracte, ni de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) ! Ces maladies font leur lit dans l’enfance. Il faut équiper les jeunes pour qu’ils n’y soient pas confrontés 40 à 80 ans plus tard, mais inutile d’espérer s’en protéger passé un certain âge ! Certes, plus le cristallin vieillit, plus le soleil éblouit… Pourtant, aucun rapport avec ces deux pathologies. "Les publicitaires en profitent seulement pour développer des campagnes ciblant les plus de 50 ans (les personnes de 20 ans ne sont pas gênées par le soleil)", explique le Dr Etienne Hachet, ophtalmologue.

Lunettes solaires : des prix souvent abusifs !

Lunettes solaires : des prix souvent abusifs !© Istock

Faut-il payer ses lunettes cher pour être correctement protégé ? "Pas forcément !", répond Olivier Maenner, directeur de l’Ecole supérieure d’optique de Strasbourg. Il précise : "Le prix élevé permet surtout de gagner en confort et en esthétique". Inutile donc de dépenser 150 euros (voire beaucoup plus) pour des lunettes de marques dans l’espoir d’une protection haut de gamme ! "Nous proposons des lunettes à 50 euros qui protègent parfaitement", assure Pascal, opticien indépendant dans les Hauts-de-Seine. Par ailleurs, méfiez-vous des arguments parfois fallacieux de certains vendeurs. Non, les verres enveloppants (qui entourent bien l’œil) ne sont pas toujours nécessaires (ils sont plus chers) ! Ils sont surtout recommandés pour les sports extrêmes.

Les marques ne protègent pas mieux !

Les marques ne protègent pas mieux !© Istock

Dior, Chanel, Ray-Ban… Les grandes marques, aussi chères soient-elles, ne sont pas synonymes de meilleure protection ! "Elles n’apportent rien de plus, rien de moins côté visuel, que les marques moins connues !", explique Olivier Maenner, directeur de l’Ecole supérieure d’optique de Strasbourg. En fait, la différence se situe surtout au niveau de la fiabilité des montures et des verres. C’est aussi le critère esthétique qui motive l’achat de marques renommées !

Lunettes solaires : un marché peu contrôlé

Lunettes solaires : un marché peu contrôlé© Istock

La plupart des lunettes vendues chez les opticiens sont peu, voire pas contrôlées. Rien ne garantit donc vraiment leur qualité… Certes, toutes les enseignes vendant des lunettes de soleil sont susceptibles d’être contrôlées par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et des fraudes (DGCCRF) ainsi que par les douanes. Toutefois, les contrôles sont rares. "La DGCCRF vérifie uniquement l’étiquetage des prix et celui des indicateurs de protection qui doit figurer sur les lunettes", explique Christian Roméas, opticien pour Krys. Quant aux douanes, précise Julien Coudray, attaché de presse à la Direction générale des douanes, si elles "vérifient la qualité des montures et des verres en les testant dans leurs laboratoires", elles interviennent surtout sur les grands trafics.

Lunettes solaires : la qualité n’est pas garantie !

Lunettes solaires : la qualité n’est pas garantie !© Istock

En juin 2017, les douaniers du Havre ont saisi un lot de 12 000 paires de lunettes de soleil dangereuses, ne répondant pas aux normes de sécurité. Au cours de l'année 2015, 75 000 lunettes de soleil contrefaites ont été saisies à l'aéroport de Roissy-Charles De Gaulle. De nombreux lots comme ceux-là sont régulièrement interceptés par les services des douanes. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas toujours sur les marchés ou dans les petites boutiques que circulent les marchandises de mauvaise qualité ! "Les douaniers ont déjà intercepté des lots de lunettes de soleil contrefaites dans des enseignes de sport célèbres", indique Julien Coudray, attaché de presse à la Direction générale des douanes. Ouvrez l’œil !

Des vendeurs qui poussent un peu !

Des vendeurs qui poussent un peu !© Istock

Opticiens, magasins de sport, marchés… Où peut-on acheter ses lunettes solaires en confiance ? Les opticiens sont formés au conseil et sont les seuls à proposer des lunettes solaires correctives. Mais ils ont tendance à orienter vers des produits haut de gamme, plus chers ! Les enseignes de sport, elles, proposent "des lunettes protectrices", assure Lionel Afflelou, opticien. Elles disposent de gammes souvent bon marché. Le seul hic, c’est que leurs vendeurs ne sont pas toujours formés... Quant aux marchés ou boutiques saisonnières, on y trouve des lunettes à faible prix, mais pas toujours conformes aux normes européennes (détaillées ci-après).

Quelles sont les normes à exiger ?

Quelles sont les normes à exiger ?© Istock

Les lunettes de soleil vendues en Europe répondent à deux normes obligatoires. Un, le marquage "CE" (Communauté européenne). En vigueur depuis le 1er juillet 1995, il doit être inscrit sur les lunettes de soleil (ou leur emballage) de façon lisible et indélébile. Deux, une notice d’information détaillée, rédigée en français, doit donner les caractéristiques, performances et instructions d'entretien du produit. Elle doit mentionner obligatoirement le pouvoir filtrant des verres (catégorie de 1 à 4) et, de façon facultative, leur résistance (incassable ou non). Enfin, chez les opticiens (et uniquement chez eux !), les lunettes de soleil doivent porter obligatoirement la mention "100 % UV", c’est-à-dire offrir une protection totale contre les rayons ultraviolets.

Crédit Photo : Collection Alain Affelou

Bien choisir la catégorie de ses verres

Bien choisir la catégorie de ses verres© Istock

Attention, les verres sombres ne sont pas forcément les plus protecteurs. Ils sont efficaces contre l'éblouissement mais pas forcément contre les UV. A l'inverse, des verres transparents peuvent très bien filtrer les UV à 100 % mais ils seront peu actifs contre l'éblouissement. Une garantie supplémentaire 100 % UV est donc indispensable. Pour faire son choix, il faut donc à la fois tenir compte de la teinte et de la luminosité. Il existe quatre catégories de filtres. La catégorie 0 ne protège pas des UV solaires, et est surtout réservée au confort et à l’esthétique. Les catégories 1 et 2 sont adaptées pour les luminosités moyennes (en ville). La catégorie 3 convient en extérieur en cas de luminosité plus forte (à la plage). Enfin, la catégorie 4 est indispensable dans des conditions de luminosité extrêmes (haute montagne). Attention, les verres de cette catégorie, très foncés, sont interdits au volant.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.