Vidéo associée: 

Affaire Skripal : la Russie accablée à l'ONU

Les Etats-Unis, la France, l'Allemagne et le Canada se sont accordés avec les Royaume-Uni pour déclarer que le gouvernement russe avait " quasi-certainement " approuvé l'empoisonnement de l'ancien espion Sergueï Skripal et de sa fille à Salisbury, dans le sud de l'Angleterre.

Ce jeudi à New York, lors d'une réunion glaciale du Conseil de sécurité de l'ONU, la Russie a nié en bloc :

" C'est nous qui appelons Londres à collaborer. Ce n'est pas Londres qui nous appelle à collaborer. Et Londres refuse cette collaboration", a dénoncé l'ambassadeur russe au Conseil de sécurité de l'ONU, Vassily Nebenzia.

"Londres a besoin de cette affaire pour un seul objectif : Déclencher une hystérie anti-russe répugnante et rallier d'autres pays à sa cause ", a-t-il poursuivi.

" Je l'ai déjà dit devant cette assemblée, mais je le répète : vous ne faites pas appel à un incendiaire pour éteindre un feu. Vous le faites encore moins quand c'est lui qui a mis le feu ", a répondu l'ambassadrice britannique Karen Pierce.

Un mandat d'arrêt européen a été émis contre les citoyens russes Alexander Petrov et Ruslan Bochirov. Pour Londres et ses alliés il ne fait aucun doute : les deux suspects sont des agents du renseignement russe, envoyés pour assassiner l'ancien agent-double.

Le 3 mars dernier, d'après la police londonienne, ils auraient "contaminé la porte d'entrée" de Sergueï Skripal, en l'aspergeant de Novitchok, un agent innervant, avant de fuir l'Angleterre dans la foulée.

Publicité

Partager cette vidéo :

Publié le: 06/09/2018
Publicité
Contenus sponsorisés