L’ex-ministre Thierry Breton battu et séquestré pendant un cambriolage

Publié le 24 Juillet 2019 à 16h19 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Thierry Breton, ancien ministre de l’Economie, et sa femme ont vécu un cambriolage musclé ce week-end. Les malfaiteurs les ont frappés et séquestrés avant de leur dérober des bijoux et de l’argent liquide.

C’est une nuit éprouvante qu’a vécu Thierry Breton le week-end dernier. Entre le samedi 20 et le dimanche 21 juillet, vers deux heures et demie du matin, l’ancien ministre de L'Économie a été victime d’un cambriolage à son domicile parisien. Alors qu’il dormait tranquillement avec son épouse, deux hommes armés et cagoulés ont pénétré dans son logement, par une fenêtre qui n’était pas fermée, rapporte l’AFP.

L’ancien ministre et sa femme, frappés et séquestrés dans les toilettes

Les cambrioleurs ont frappé l'ex-ministre et sa femme à plusieurs reprises, et les ont menacé avec un revolver avant de les séquestrer dans les toilettes, avec leur chauffeur, qui habite dans le même appartement. Thierry Breton souffre d’une blessure légère à la tempe, et sa compagne au poignet. S’ils n’ont pas jugé nécessaire d’être pris en charge par les pompiers, les trois victimes ont été très choquées par l’événement.

Tandis que le ministre - aujourd’hui PDG du groupe Atos - et ses proches étaient enfermés dans les toilettes, les malfaiteurs ont dérobé des bijoux de grande valeur et un millier d’euros en liquide, et cent-cinquante euros appartenant au chauffeur. Les victimes sont parvenues à se libérer au bout de trente minutes, mais les voleurs étaient déjà partis.

Le troisième district de la police judiciaire parisienne est chargé de l’enquête. Les forces de l’ordre pourront s’appuyer sur les images des caméras de surveillance placées dans le logement de Thierry Breton.

Le nombre de cambriolages explose dans la capitale

D’après les chiffres de la police, révélés au mois d’avril par Le Parisien, le nombre de cambriolages est en forte hausse à Paris. En se basant sur le nombre de plaintes enregistrées, il apparaît que ce type de méfaits a augmenté de plus de 16 % en 2018, par rapport à l’année précédente. Au total, 17 330 cambriolages - ou tentatives - ont été enregistrés.

L’arrondissement le plus touché par cette hausse est le troisième (+ 48,8 %). Suivent le sixième (+ 46,85 %), le septième (+44,35 %), le quatrième (+ 44,22 %) et le deuxième (+ 42,46 %). Néanmoins, même dans des quartiers plus “populaires”, ces méfaits s’accentuent également. Le seul arrondissement qui enregistre une baisse des cambriolages, avec “seulement” 991 cas en un an, est le douzième.

En parallèle, le nombre de cambriolages moyen a diminué de 6 % dans toute la France, et n’a augmenté que de 1 % dans le reste de l’Ile-de-France. D’une part, cela peut s’expliquer par la population aisée de certains quartiers parisiens, attractive pour les malfaiteurs. D’autre part, c’est la nature même des immeubles qui constitue un problème. De nombreux appartements sont, en effet, très anciens et ont, de fait, une sécurité limitée. Les HLM sont également concernés, par la mauvaise qualité fréquente de leurs portes.

Cambriolage : un choc psychologique à ne pas négliger

Après une effraction, de nombreuses victimes ne parviennent plus à dormir dans leur logement, car elles ne s’y sentent plus en sécurité. Certaines trouvent refuge chez leurs proches, avant de déménager. Les troubles du sommeil sont aussi fréquents. Le cambriolage est aussi une intrusion dans l’intimité d’une personne, qui peut être un véritable choc.

Subir un vol, c’est aussi devoir faire le deuil des affaires disparues. Pour certains, ce sont des années de souvenirs qui s’envolent : bijoux de famille, photos et autres objets ayant une forte valeur sentimentale peuvent être dérobés ou cassés. Une véritable angoisse ou un stress post-traumatique peuvent survenir, qui nécessitent une prise en charge psychologique, pour s’en remettre et se reconstruire.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :