Sur-matelas : un vrai plus ou pas ?

Les sur-matelas, c'est la mode ! Mais ont-ils vraiment un intérêt santé ? Aident-ils à mieux dormir ? A avoir moins mal au dos ? Réponses avec le Dr Jérôme Lefrançois, médecin généraliste membre de la Société Française de Recherche et de Médecine du Sommeil (SFRMS) et Arnaud Grin, ostéopathe.

Publicité

© IstockUne enquête menée auprès des Français révèle que 92% d’entre eux estiment qu’une bonne literie est importante pour la santé. Et ils n’ont pas tort : un oreiller, un matelas et un sommier de qualité assurent un repos optimal et diminuent ainsi les risques sanitaires liés à un mauvais sommeil. Toutefois, il existerait un quatrième article qui pourrait venir compléter la panoplie du bon dormeur : le sur-matelas. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

"Le plus cher n'est pas forcément de meilleure qualité"

Comme son nom l’indique, un sur-matelas est "un petit matelas qui se met par-dessus le matelas et que l’on immobilise avec un drap housse", explique le Dr Jérôme Lefrançois, médecin généraliste membre de la Société Française de Recherche et de Médecine du Sommeil (SFRMS). Epais de quelques centimètres seulement, il se plie et peut ainsi être transporté facilement. En latex, en mousse, en plumes d’oies ou à mémoire de forme : le sur-matelas s’adapte aux envies et aux besoins de ses utilisateurs, pour un prix variant entre 40 et 250€. En sachant que "le prix le plus élevé n’est pas forcément gage de qualité". Il faut tout simplement l’essayer pour trouver celui qui nous convient le mieux. Mais quelle est au juste son utilité ? Pour le Dr Jérôme Lefrançois, "tant qu’on ne l’a pas testé, on ignore son intérêt". En effet, à première vue, le sur-matelas semble n’être rien d’autre qu’un accessoire. Pourtant, il s’avère particulièrement utile pour gagner du confort : "Quelqu’un qui a un lit trop dur et qui ne peut pas en changer tout de suite peut prendre un sur-matelas pour le rendre plus moelleux", explique Arnaud Grin, ostéopathe. Au contraire, il peut également rendre un matelas légèrement affaissé plus ferme. Et ce confort n’est pas qu’une question de préférence, puisqu’il est également gage de santé.

Publicité
Publicité

Si les avis des professionnels de santé divergent sur le fait de choisir un matelas plus ou moins mou, il est certain qu’un matelas trop ferme a des conséquences sur la qualité du sommeil : "Quand on est allongé sur le dos, il faut que les points d’appuis (la tête, entre les omoplates, le sacrum et les talons) soient répartis. Plus le matelas est dur, moins ils le sont." Cette mauvaise répartition des points d’appuis, parce qu’elle gêne la circulation sanguine, va nous pousser à changer davantage de position pendant la nuit. "Le corps n’aime pas avoir des appuis longtemps aux mêmes endroits. Quand on s’appuie longtemps sur une surface dure, il va y avoir localement sur ces points de pression un manque de vascularisation, des tensions vont s’accumuler. On va se retrouver à changer de position très régulièrement au cours de la nuit pour enlever les points d’appuis."

"Un bon sur-matelas donne une sensation de sécurité"

Quant aux maux de dos, ils peuvent être le résultat d’une trop grande rigidité mais également d’une trop grande mollesse : si "le dos n’aime pas quand c’est trop raide", il n’aime pas non plus s’enfoncer dans le matelas puisque cela provoquera, à terme, des déformations. Par ailleurs, lorsque le corps s’enfonce dans le matelas, "cela peut entraîner une gêne respiratoire, explique le Dr Jérôme Lefrançois. Comme on est replié sur soi, le thorax et l’abdomen se retrouvent dans une mauvaise position." Or, un mauvais sommeil ou un sommeil agité a des conséquences néfastes sur la santé, "sur le court, le moyen et le long terme", précise le Dr Jérôme Lefrançois : problèmes de concentration, anxiété, problèmes cardiovasculaires et respiratoires, vieillissement accéléré… Pour Arnaud Grin, la solution est toute trouvée : "Un bon sur-matelas amène du confort en améliorant la répartition des points de pression que le lit ne fait pas bien, prévient les maux de dos et permet ainsi de mieux dormir." Un confort physique mais également moral : "Le sur-matelas permet à notre corps et à notre cerveau de retrouver le côté rassurant du lit douillet de la petite enfance, ajoute le Dr Jérôme Lefrançois. Au-delà du bien-être, il y a une sensation de sécurité réelle et indispensable à la bonne qualité du sommeil."

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X