L'hépatite chronique chez l'alcoolique

L'hépatite alcoolique chronique peut évoluer sur une longue période (parfois plusieurs décennies) et ne présenter aucun symptôme. Il s'agit d'une inflammation du foie observée chez les gros consommateurs réguliers d'alcool. L'atteinte est alors progressive et débouche à terme sur une cirrhose. L'alcool force le foie à se régénérer souvent : les tissus hépatiques se sclérosent progressivement. Le foie présente parfois des nécroses.

L'hépatite alcoolique aiguë : une issue parfois fatale

C'est après une consommation d'alcool très excessive, souvent chez un sujet déjà alcoolique, que survient l'hépatite alcoolique aiguë. Elle est caractérisée par des douleurs du flanc droit, une fièvre, une jaunisse et une confusion pouvant aller jusqu'au coma. Les dérivés de la cortisone sont la pierre angulaire du traitement et permettent de diminuer l'inflammation. Beaucoup d'autres complications sont cependant à prendre en charge : confusions, hémorragies, carences, et surtout sevrage de l'alcool. La transplantation du foie doit généralement attendre que le patient soit sevré de son alcoolisme. Dans un quart des cas, l'insuffisance du foie est telle que cette maladie est fatale.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.