Mal de gorge chez la femme enceinte : que prendre pendant la grossesse ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLes irritations et inflammations de la gorge sont plus importantes en hiver, saison où les virus prolifèrent. Mais comment se soigner durant la grossesse ? Quels médicaments prendre pour ne pas mettre son bébé en danger ? On fait le point avec Odile Bagot, gynécologue et obstétricienne, aussi auteure de Vagin & Cie, on vous dit tout !
portrait de la femme enceinte méconnaissable tenant des pilules dans ses mains©iStockIstock
Sommaire

Le mal de gorge est fréquent en hiver, période où nous sommes plus vulnérables aux virus, la femme enceinte y compris ! Souvent associé au rhume, le mal de gorge caractérise davantage un symptôme qu’une maladie. Il peut être le signe d’une pharyngite (inflammation du pharynx, muqueuse située à l’arrière de la gorge) ou d’une rhinopharyngite (avec écoulement nasal) d’origine virale, rarement bactérienne. Ce type de douleur peut aussi résulter d’une angine, et affecter les amygdales. Enfin, la pollution et les allergies peuvent aussi engendrer ce type de douleurs.

Selon l’affection en cause, divers signes apparaissent :

  • des picotements au fond de la gorge ;
  • des ganglions volumineux au niveau du cou (adénopathie cervicale) ;
  • une dysphagie (difficulté à déglutir) ;
  • une inflammation douloureuse des amygdales (notamment en cas d’angine) ;
  • une voix enrouée ;
  • une toux (grasse ou sèche) ;
  • une halitose (mauvaise haleine);
  • une fièvre ;
  • des éternuements ;
  • un écoulement ou une obstruction des voies nasales

Comment soigner l'angine chez la femme enceinte ?

Différencier une rhinopharyngite d’une angine n’est pas toujours aisé pour le médecin. Dans la majorité des cas, il s’agit d’une infection virale causant une inflammation des amygdales, organes lymphatiques responsables de la protection de l’organisme. Si ces derniers sont rouges vifs, cela est révélateur de l’angine du même nom (angine rouge). En cas d’angine blanche, les amygdales seront recouvertes d’un dépôt blanc. L’angine résulte parfois d’une bactérie. « Pour confirmer ou non l’origine bactérienne, on réalisera un test de détection rapide à la recherche du streptocoque A (SGA) », explique la gynécologue et obstétricienne Odile Bagot. Cela consiste à poser une bandelette sur les amygdales. Cet examen est pratiqué chez tous les patients lorsqu'une infection bactérienne est suspectée.

Ce type d’angine doit être absolument traité, a fortiori chez la femme enceinte, le SGA pouvant se disséminer dans l’organisme. Il peut alors engendrer des infections plus ou moins sévères, voire mortelles, même si cela reste très rare. « En cas d’angine streptococcique, on prescrit des antibiotiques durant une semaine. Cela n’a aucun impact sur le fœtus », poursuit la spécialiste. Il s’agit de médicaments de la classe des bêta-lactamines (amoxicilline).

Mal de gorge chez la femme enceinte : quels remèdes de grand-mère ?

Le miel et le citron sont des incontournables durant la période hivernale pour soigner les petits maux de saison. Deux ingrédients reconnus pour leurs bénéfices antiseptiques et antibactériens. Vous pourrez préparer une boisson à base de citron, d'eau chaude et de miel ou encore les utiliser en gargarisme pour adoucir votre gorge.

Photo : le citron est un excellent antiseptique en cas de maux de gorge

Photo : le citron est un excellent antiseptique en cas de maux de gorge© Fotolia

Avec les autres remèdes naturels à base de plantes, quelques précautions sont à prendre. En effet, si elles sont généralement prisées en infusion, décoction ou gargarisme pour les petits maux dont le mal de gorge, nombreuses sont celles déconseillées pendant la grossesse. C’est notamment le cas de la réglisse, du thym en usage médicinal ou de la mélisse. Par principe de précaution, les huiles essentielles sont contre-indiquées pendant la grossesse. Pensez à toujours demander conseil à votre médecin ou à un spécialiste.

Enceinte, à quelle dose peut-on prendre du paracétamol ?

Lorsqu’un mal de gorge survient, ouvrir l’armoire à pharmacie et prendre un antalgique est tentant pour calmer la douleur. Mais durant la grossesse (et l’allaitement), de nombreux médicaments sont contre-indiqués, en particulier les anti-inflammatoires, voire même interdits. L’automédication est donc à proscrire. Seule exception : le paracétamol, qui peut être utilisé durant les neuf mois. Néanmoins, la posologie doit être la plus réduite possible, et prise, sur une courte durée.

Si les signes perdurent, que les douleurs sont irradiantes, et qu'une fièvre survient, consultez votre médecin traitant.

Grossese : peut-on prendre de l’aspirine et de l'ibuprofène ?

Si le paracétamol peut être pris avec précaution, faites une croix sur les médicaments (sirop, spray pour la gorge) contre la toux et le rhume sans prescription médicale. Attention aux sirops sucrés en cas de diabète gestationnel. Autres médicaments à laisser de côté, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène, et l’aspirine, sauf si elle est prescrite à 100 mg en prévention de certaines pathologies de la grossesse.

Depuis le 15 janvier 2020, les nouvelles recommandations de l’ANSM et la restriction des médicaments en libre service, limitent ce type de mésusages. Veillez à toujours demander conseil au pharmacien.

Allergies : peut-on prendre des antihistaminiques enceinte ?

Les allergies aux acariens, pollens, poils d’animaux, moisissures... peuvent engendrer un ensemble de symptômes, dont une irritation de la gorge et des douleurs. Dans ce cas, la femme enceinte peut généralement continuer son traitement antihistaminique, à moduler selon les trimestres de la grossesse, en éliminant toutefois les vasoconstricteurs. La prescription de cortisone est discutée au cas par cas. Les mesures de précaution passent également par l’éviction de l’allergène causal.

Comment soigner la grippe chez la femme enceinte ?

Comme les enfants et les personnes âgées, les femmes enceintes font partie des populations vulnérables au virus influenza. La vaccination est donc hautement recommandée ! Outre la fièvre, les frissons, les courbatures… la gorge est irritée. Dès que les signes de la grippe apparaissent, il faut consulter son médecin dans les plus brefs délais pour confirmer ou non le diagnostic.

Il faut savoir que si la grippe n’est pas spécifiquement dangereuse pour le fœtus, elle peut provoquer un accouchement prématuré en cas de fièvre élevée. Le risque principal est l’apparition de troubles respiratoires, comme la pneumonie, chez la mère. Afin d’éviter toute aggravation de la maladie, la future maman sera mise sous Tamiflu, un médicament antiviral dans les deux jours suivant l’apparition des premiers signes grippaux.

Toutefois, pour éviter ces complications, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) recommande à toutes les femmes enceintes de se faire vacciner contre la grippe, et ce, quel que soit le trimestre de grossesse. L’Assurance Maladie prend intégralement en charge le vaccin antigrippal chez la femme enceinte.

Comment éviter le mal de gorge pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, le système immunitaire est quelque peu affaibli. Ainsi, il est utile de renforcer ses défenses, notamment durant l’hiver. Tout d’abord, l’alimentation joue un rôle essentiel. Privilégiez les aliments riches en vitamine C, réputée pour ces vertus anti-infectieuses. Autre nutriment à ne pas négliger : la vitamine D, qui joue un rôle crucial dans l'absorption de certains minéraux par l'organisme (calcium, phosphore…) et qui participe à maintenir notre immunité. Vous en trouverez dans les poissons gras (saumon, maquereau, sardine) mais aussi dans les œufs et dans les produits laitiers, mais l’apport alimentaire étant insuffisant, une supplémentation vous sera proposée sous forme d’ampoules ou de gouttes. Pour que la vitamine D soit active, il faut qu’elle soit transformée par l’exposition de la peau au soleil, c’est pourquoi la supplémentation est proposée en période hivernale.

Hormis, un régime adapté et équilibré, il faut adopter, au quotidien, des gestes simples et des règles d’hygiène :

  • se laver les mains régulièrement ;
  • bien se couvrir avant de sortir ;
  • éviter le contact avec les personnes enrhumées, mais aussi les lieux confinés et bondés (transports en commun, centre commerciaux…) en période d’épidémie.

Enfin, rien de mieux que du repos pour permettre à l’organisme de récupérer. Et oui, si la grossesse n’est pas une maladie, elle n’en demeure pas moins une période fatigante pour la future maman.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.