Statines : sont-elles vraiment efficaces ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteDécriées par certains scientifiques, les statines doivent-elles vraiment conserver leur place dans l’arsenal thérapeutique contre le cholestérol ? Etat des lieux sur leur efficacité et leurs risques avec un expert.
Statines : sont-elles vraiment efficaces ?Istock
Sommaire

Statines : "certaines prescriptions étaient inutiles"

C’était il y a 6 ans déjà mais la polémique créée par le Professeur Philippe Even qui remettait en question l’utilité des statines continue de faire des vagues. Comme le révèle une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), le pourcentage d'adultes traités avec des statines a ainsi baissé de 30 % entre 2006 et 2015 ! Cette chute importante a amené la Haute Autorité de Santé à réaffirmer le bénéfice de ces médicaments hypolipidémiants.

« Tous les consensus internationaux des experts ont conclu que les statines contribuaient de façon importante à la réduction des maladies cardiovasculaires par athérosclérose. D'ailleurs il a été montré que l'arrêt des statines, provoqué par des messages erronés sur leur inutilité, a engendré une surmortalité cardiovasculaire. Cependant il est aussi établi que certaines prescriptions étaient inutiles car elles ne respectaient pas les indications » souligne le Docteur Jean-Michel Lecerf, chef du Service de Nutrition & Activité physique de l’institut Pasteur de Lille et auteur du livre Le cholestérol décrypté (Ed. Solar Santé).

Quelles sont vraiment les indications des statines ?

Découvertes en 1985, les statines inhibent une enzyme clé de la synthèse du cholestérol, l’HMG CoA réductase. Ce phénomène entraîne une augmentation de la captation de LDL par les bons récepteurs de la cellule, et donc une diminution de la concentration plasmatique de cholestérol LDL circulant.

« Leurs indications sont d’abord l'hypercholestérolémie familiale. De plus, tous les patients coronariens doivent en bénéficier, l'objectif étant d'abaisser alors le cholestérol LDL en dessous de 0,70 g/l. Les diabétiques doivent aussi en bénéficier dans la grande majorité des cas. En prévention primaire, tout dépend du niveau des autres facteurs de risque. Dans les dyslipidémies mixtes (cholestérol et triglycérides), elles sont souvent indiquées. » précise le Dr Lecerf.

> Participez à notre vidéoconférence sur les symptômes du Covid-19 ! Posez vos questions à notre expert en direct

Vidéo : Cholestérol : les viandes rouge et blanche sont aussi nocives

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Cholestérol LDL chez les adultes en France métropolitaine : concentration moyenne, connaissance et traitement en 2015, évolutions depuis 2006, BEH, 2018. 

Merci au Dr Jean-Michel Lecerf, chef du Service de Nutrition & Activité physique de l’institut Pasteur de Lille.