Sommaire

Petit comme une tête d'épingle ?

Le point G est bien plus gros qu'une tête d'épingle. Il fait environ la taille d'une pièce de 2 euros ! Il s'agit donc plus d'une zone érogène de plusieurs centimètres carrés que d'un point.

G comme Grafenberg

Le point G tire son nom de celui qui l'a découvert, le Dr Ernst Grafenberg dans les années 50. L'histoire ne nous dit pas si sa femme s'est écriée "Géééniaaaal!" mais on se plaît à l'imaginer ! Hélas, la notion de point G n'est devenue populaire qu'en 1981 avec la publication aux Etats-Unis de "The G-Spot and other discoveries about human sexuality ", le livre d'Alice Ladas et de Beverly Whipple. Deux femmes, forcément !

Sources

Marie-Claude Benattar, « L'amplification du point G, une nouvelle approche thérapeutique des dysfonctions sexuelles féminines ? » Sexologies 2005;14(51):5-10.

Odile Buisson et Pierre Foldès (préf. Israël Nisand), Qui a peur du point G ? : le Plaisir féminin, une angoisse masculine, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, 2011, 256 p

Alice Kahn Ladas, Whipple, B et Perry, JD, The G-Spot and other discoveries about human sexuality, New York, Holt, Rinehart, and Winston, 1982

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.