Testostérone : faut-il se supplémenter ?

Supplémentation : quels sont les risques ?

Attention : le traitement hormonal présente des contre-indications. En particulier en cas de cancer de la prostate confirmé ou supposé, de certaines hypertrophies de la prostate ou d’un éventuel cancer du sein. Des contre-indications relatives existent pour les personnes souffrant d’apnées du sommeil ou de taux de globules rouges importants.

De même, des effets secondaires surgissent parfois. "Les hormones mâles peuvent faire grossir la prostate et la rendre moins fonctionnelle, voire inflammatoire", prévient le Dr Sylvain Mimoun.

"Elles ont aussi tendance à coaguler le sang". Dernière mise en garde du spécialiste : "La testostérone peut accélérer le développement d’un cancer déjà présent. Mais elle ne favorise pas en elle-même les cancers."

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

- Physiopathologie du déficit androgénique lié à l’âge, Tostain J & Rossi D, Prog Urol, 2004.

- Intérêt du dosage de testostérone biodisponible pour le diagnostic du déficit androgénique chez l’homme âgé, Lejeune H et al., Annales d’endocrinologie, 2003.

- Société française d’endocrinologie