Sommaire

On peut s'infecter par transfusion sanguine

On peut s'infecter par transfusion sanguineVrai et Faux L’organisation transfusionnelle pour la prévention des maladies transmissibles, tel que le Sida, mise en place par le Ministère de la santé en France, est extrêmement rigoureuse. Un risque persiste dans les pays où les produits sanguins ne sont pas encore contrôlés. Les dons de sang subissent deux tests de dépistage. Un premier test, nommé ELISA. Un ELISA négatif sera confirmé par un second test, le Western-Blot. Un autre dépistage par recherche directe du génome viral (PCR) est pratiqué en France et permet de gagner du temps pour ce dépistage, tout en étant aussi fiable. Le risque de contamination est ainsi extrêmement faible, même s’il n’est pas nul. Malgré toutes ces précautions, il reste en effet un « risque résiduel », c’est-à-dire une part infime de dons de sang qui présentent un risque de contamination. Sur la période 2012-2014, les risques résiduels ont été estimés à 1 pour 2 750 000 dons pour le VIH.

Le sida peut se contracter par une coupure

Le sida peut se contracter par une coupureVrai Certaines professions sont particulièrement exposées au risque de contamination accidentelle par le VIH par le sang : les professionnels de santé, essentiellement, mais aussi les thanatopracteurs. Des personnes n’appartenant à aucune profession à risque peuvent être victimes d’un accident telle une piqûre par une seringue « contaminée ». Ces risques sont actuellement chiffrés et il existe des traitements d’urgence pour éviter la contamination.

Les homosexuels sont plus concernés par le Sida

Les homosexuels sont plus concernés par le SidaVrai et faux : Il existe ce qu’on appelle des populations à risque, c’est-à-dire, des groupes plus exposés à un risque de contamination, étant donnée la plus forte prévalence du VIH parmi ces groupes qu’en population générale. C’est le cas des homosexuels, des usagers de drogues par voie injectable ou encore des personnes migrantes. Pour autant, toute personne qui ne se protège pas lors d’un rapport sexuel est exposée à un risque et les hétérosexuels ont la même propension que les homosexuels à contracter le virus. D’ailleurs, dans le monde, la majeure partie des transmissions duVIH se fait par le biais de rapports hétérosexuels.

Le sida se manifeste en général par de la fièvre

Le sida se manifeste en général par de la fièvreVrai Lorsqu’une personne est contaminée par le VIH, les symptômes apparaissent entre 1 à 4 semaines après la contamination : c’est la primo-infection. Il s’agit d’une fièvre supérieure à 38° souvent accompagnée d’une grosse angine et de ganglions. Parfois il peut y avoir des plaques rouges sur le corps, des maux de tête, des diarrhées et plus rarement des problèmes neurologiques telle qu’une paralysie faciale. Ces signes ne sont pas spécifiques à une contamination par le VIH et peuvent être dus à d’autres infections. Il est important d’aller consulter rapidement un médecin afin de s’en assurer. Seul un test de dépistage pourra dire si c’est le cas ou non.

On peut être contaminé sans avoir de symptômes

On peut être contaminé sans avoir de symptômesVrai Effectivement il est tout à fait possible d’être contaminé(e) sans ressentir le moindre symptôme car les symptômes n’apparaissent pas chez tout le monde. Et lorsqu’ils sont présents ils peuvent passer inaperçus car ils sont non spécifiques et pas toujours très graves.

Un vaccin contre le sida est en préparation

Un vaccin contre le sida est en préparationVrai Les scientifiques poursuivent leur recherche sur un vaccin. Il reste difficile à mettre au point en raison de la forte variabilité du virus du sida. Des essais ont été entrepris dans plusieurs pays et aux Etats-Unis, un « candidat vaccin » a été expérimenté sur plusieurs milliers de personnes. Cependant, rien ne laisse présager la disponibilité d’un vaccin efficace avant plusieurs années.

Rupture de préservatif : il faut aller aux urgences

Rupture de préservatif : il faut aller aux urgencesVrai La rupture d’un préservatif expose à un risque infectieux. Dans ce cas, se rendre aux urgences de l’hôpital le plus tôt possible et au mieux dans les 4 premières heures qui suivent l’incident. N’hésitez pas à prévenir le service de votre arrivée. Le médecin des urgences pourra évaluer le risque infectieux. Dans certains cas, un traitement peut être proposé pour limiter le risque de contamination par le VIH(SIDA) mais aussi par le virus de l’hépatite B. Des prises de sang seront réalisées afin de déterminer le statut sérologique du partenaire. Ces résultats sont indispensables à l’évaluation du risque et à l’indication d’un traitement pharmacologique prophylactique.

Le sida peut se transmettre par l’allaitement

Le sida peut se transmettre par l’allaitementVrai et faux : L’allaitement maternel est un risque de contamination car le VIH est présent dans le lait. Toutefois, si la mère est sous traitement (trithérapie) et que sa charge virale est indétectable, elle peut allaiter sans contaminer son bébé. Depuis 2009, l’OMS recommande l’administration d’« antirétroviraux à un stade plus précoce de la grossesse, à partir de la 14e semaine et jusqu’à la fin de la période de l’allaitement ».

> Envies pressantes, réveils nocturnes, gouttes dans le pantalon… ASSEZ ! Si vous êtes inquiet pour votre prostate, le chercheur Dominique Defort a conçu une vidéo dans laquelle il révèle une nouvelle solution simple, sûre et prouvée scientifiquement.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.