Sommaire

La messe de Noël a viré au cauchemar dans l’église Saint-Eloi, située dans la commune de Carlepont, au nord de Compiègne (Oise). Une intoxication au monoxyde de carbone a mis fin aux festivités le 24 décembre au soir.

Les quelques 200 personnes qui assistaient à cette messe de Noël se sont vues évacuées d’urgence. L’intoxication a gravement atteint 21 personnes, qui ont dû être hospitalisées, d’après les chiffres de l’AFP.

En effet, l’intoxication au monoxyde de carbone ne doit pas être prise à la légère. Chaque hiver, elle fait des milliers de victimes : 5000 par an, dont une centaine de décès. C’est la première cause de mortalité par intoxication en France, d’après l’Agence Régionale de Santé (ARS).

Le monoxyde de carbone est un gaz indolore, incolore et non irritant. Il est indétectable sans appareil de mesure.

Des maux de tête, vertiges et malaises durant la messe

20h30. Les premiers symptômes de l’intoxication commencent à se faire sentir dans l’église. L’ensemble des fidèles se plaignent de maux de tête et de vertiges. Certains font des malaises.

Puis, l’alerte tombe : l’église est intoxiquée au monoxyde de carbone. Les fidèles sont alors évacués d’urgence. La salle des fêtes de la commune de Carlepont a été mise à disposition pour accueillir les 70 personnes qui présentaient des symptômes d’intoxication.

21 personnes dans un état d’urgence

Après la messe de Noël, 21 personnes ont été hospitalisées. Selon les pompiers présents sur place, ces dernières personnes se trouvaient dans un état d’urgence relative. Les victimes ont été transférées vers les centres hospitaliers de Compiègne, Noyon, Creil, Garches. Une femme a dû être héliportée au CHU de Lille. Heureusement, le pronostic vital n’est pas engagé.

Le maire de la commune de Carlepont, Patrice Argier a demandé la fermeture de l’église.

Les causes les plus courantes : un dysfonctionnement des appareils de combustion

Une quarantaine de pompiers a été dépêchée lors de la cérémonie religieuse, ainsi que des gendarmes de la brigade de Choisy-au-Bac et de Compiègne. Ils ont mesuré des taux de monoxyde de carbone (CO) allant jusqu’à 350 ppm (partie par million, molécules de CO par million de molécules d’air).

Les causes de l’intoxication durant la messe ne sont pas encore identifiées

Selon les secours, la cause de cette pollution n’a pas encore été clairement identifiée. Une enquête est ouverte. Elle déterminera s’il y a eu négligence ou dysfonctionnement, a détaillé le substitut du procureur, Antoine Perrin. La présence d’une chaudière à gaz a été mentionnée. On ignore si elle était "en état". La piste d’une chaudière défectueuse est privilégiée par les enquêteurs.

Attention aux chaudières au gaz ou fioul et au bois

En novembre dernier, l’ARS de Nancy mettait en garde contre les intoxications au monoxyde de carbone durant l’hiver.

"Les intoxications liées à ce gaz résultent le plus souvent d’un dysfonctionnement des appareils à combustion et/ou d’un défaut d’aération des locaux où ils sont utilisés", expliquait l’Agence Régionale de Santé (ARS) de la région Grand Est, le 6 novembre dernier.

L’agence évoquait notamment les chaudières au gaz ou fioul et au bois. "La chaudière est la source mise en cause dans 50 % des intoxications. Toutes les classes sociales sont concernées : environ 2/3 des foyers intoxiqués sont propriétaires".

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Sources

AFP, 25 décembre 2019

Monoxyde de carbone : intoxication collective en pleine messe de Noël, Le Point, 25 décembre 2019

Prévenir les intoxications par le monoxyde de carbone, ARS, 6 novembre 2019 à Nancy

Intoxication au monoxyde de carbone : les gestes préventifs !, Attitude Prévention, 14 octobre 2019