"Il faut attendre 2 heures après manger pour se baigner", une idée reçue ?

Publié le 16 Juillet 2019 à 12h44 par Agathe Boussard, journaliste santé
Chaque été, c’est la même rengaine. Les parents interdisent à leurs enfants de se baigner après avoir mangé. Les enfants, mécontents, trépignent d’impatience. Mais cette croyance selon laquelle la digestion augmenterait les risques de noyade est-elle vraiment fondée ? Ou serait-elle un brin exagérée ?

L’été, la tentation d’une baignade après le déjeuner est grande. Mais très vite, la raison reprend le dessus. Reviennent alors en boucle dans notre esprit les avertissements de nos grands-parents lorsque l’on était enfant ! "Pas de baignade après le déjeuner ! C'est risqué ! Attendez 16 h !", nous sermonnaient-ils. Cette croyance selon laquelle la digestion serait dangereuse pour la baignade en augmentant les risques d’hydrocution a la vie dure. Mais est-elle vraiment juste ?

"Il ne faut pas se baigner après manger" : une vérité à moitié fondée

Pour mieux comprendre d'où vient cette croyance, il faut revenir au mécanisme de l’hydrocution. Très courante en période estivale, l’hydrocution intervient après un "choc thermique", c’est-à-dire lorsque notre corps a une température très supérieure à celle de l’eau. Or, après un repas, au moment de la digestion, notre température corporelle s’élève, ce qui augmente le risque de syncope (arrêt ou ralentissement marqué des battements du cœur, avec suspension de la respiration et perte de la conscience).

En effet une eau très froide va refroidir notre corps et réduire le diamètre de nos vaisseaux. Notre circulation sanguine est alors ralentie. Notre hypertension artérielle augmente et notre cœur bat moins rapidement. Quelles conséquences cela-a-t-il ? Notre cerveau reçoit tout simplement moins d’oxygène. Et cela peut s’avérer fatal.

Du simple étourdissement à l’arrêt cardiaque en passant par des vertiges ou encore des difficultés à respirer, les risques sont nombreux. Dans l’eau, ces risques deviennent mortels. Outre le fait d’augmenter la température de notre corps, la digestion peut, par ailleurs, entraîner des crampes d’estomac.

Quelles sont les vraies causes de l’hydrocution ?

Mais en réalité, l’hydrocution a plusieurs explications. Et la digestion n’en fait pas partie. Cette dernière n’engendre pas une chaleur suffisamment élevée pour provoquer une hydrocution. C’est seulement si elle est combinée à d’autres facteurs de risque que la digestion peut s’avérer dangereuse au moment de la baignade.

Les principales causes d’hydrocution restent les importantes chaleurs et les expositions fortes et longues aux rayons du soleil. À cela s’ajoute l’alcool qui augmente le risque de perte de connaissance.

Selon l’enquête de Santé publique France intitulée “Noyades 2018”, les fortes chaleurs seraient ainsi la seconde cause de "l’évolution quotidienne du nombre de noyades accidentelles".

Comment se protéger de l’hydrocution ?

En 2018, 600 personnes ont perdu la vie en raison d’une noyade en France. Ce chiffre impressionnant est en partie dû aux hydrocutions. Les enfants mais aussi les personnes âgées sont particulièrement à risques car leur corps s’adapte moins rapidement au choc de température. Mais quel que soit votre âge, vous pouvez être touché. Mieux vaut donc être très prudent. Voici quelques conseils :

  • Avant de rentrer dans l'eau, mouillez-vous les zones sensibles à savoir le ventre, les chevilles, la nuque ainsi que les bras.
  • Évitez d'entrer trop brutalement dans l'eau. Préférez une entrée douce.
  • Restez au minimum à deux dans l’eau. Ne vous baignez jamais seul (ou alors sous surveillance).
  • Ne restez pas trop longtemps au soleil avant votre baignade.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.