Consommer des stéroïdes augmenterait le risque d'infection et de décès

Publié le 25 Juin 2019 à 10h41 par Louise Ballongue, journaliste santé
Alarmant. L’utilisation de stéroïdes chez les patients atteints de maladies inflammatoires augmenterait considérablement le risque de développer une grave infection.

Selon une étude du CMAJ (Canadian Medical Association Journal) publiée le 24 juin 2019, consommer des stéroïdes par voie orale ne serait pas sans conséquences.

D’un point de vue chimique, ces médicaments contiennent des hormones naturelles : les corticostéroïdes, les estrogènes et les androgènes entre autres. Leur mode d'action est commun : ils pénètrent dans les cellules et vont agir directement sur l'ADN pour favoriser l'expression d'un ou plusieurs gènes spécifiques.

Les stéroïdes, une menace pour les patients

Dans cette vaste étude menée en Angleterre, près de 40 00 patients atteints de maladies inflammatoires (polymyalgie rhumatismale ou artérite à cellules géantes) ont participé à l’enquête. L'âge moyen des candidats était de 73 ans et tous ont pris quotidiennement des doses quotidiennes de stéroïdes (ici, des glucocorticoïdes).

Après avoir enregistré les pratiques des patients pendant presque 10 ans (de 1998 à 2017), les chercheurs ont analysé les résultats.

Chez les patients consommateurs de stéroïdes, le risque de développer une infection était 2 fois plus élevé que chez les patients qui n’en prenaient pas", constate le Dr Mar Pujades-Rodriguez, du Leeds Institute of Data Analytics de l'Université de Leeds.

Et plus les doses étaient élevées, plus les risques d’infection augmentaient, même avec de faibles doses journalières inférieures à 5 mg.

Plus précisément, "les augmentations de risque allaient de 48% pour les champignons à 70% pour les infections bactériennes", affirment les experts.

50%, de patients infectés, dont 7% de décédés

Plus de la moitié des patients ont été infectés au cours de l’enquête, soit 138 412 personnes.

Les infections les plus courantes étaient les infections des voies respiratoires inférieures (27%), la conjonctivite (9%) et le zona (7%). Plus du quart des patients (27%) ont même été admis à l'hôpital et 7% sont décédés moins d'une semaine après le diagnostic d'infection.

"Les patients et les cliniciens doivent être informés de ce risque d'infection, de la nécessité d'identifier les symptômes, de l’importance de la vaccination, du besoin d’un traitement rapide et bien sûr les professionnels doivent avoir accès aux antécédents des malades", alertent les chercheurs.

Troubles du comportement, maladies cardiaques et effets psycho-actifs

Une alerte à prendre au sérieux, puisque de nombreuses études ont prouvé le rôle néfaste des stéroïdes sur le développement des cellules cardiaques.

Ils pourraient entraîner de l’hypertension artérielle, un risque de fragilisation des coronaires, voire même un infarctus selon l’IRBMS (Institut de Recherche du Bien-être, de la Médecine et du Sport Santé).

L’utilisation des stéroïdes anabolisants provoque également une modification de la cavité auriculaire, avec une dilatation de celle-ci, pouvant provoquer une fibrillation auriculaire, des troubles du rythme… etc.

Par ailleurs, les stéroïdes possèdent également des effets psycho-actifs importants et non négligeables. Les sportifs de haut-niveau en sont d’ailleurs friands et se dopent avec ces médicaments pour augmenter leurs performances sportives, voire favoriser la croissance de leurs muscles.

Utilisées à mauvais escient, sans surveillance médicale et à des doses trop élevées, les stéroïdes peuvent favoriser “un comportement lunatique et irrationnel et une grande variété d'effets indésirables sur le plan physique”, selon un article du manuel MSD.

Des troubles du comportement/psychiatriques, des troubles des fonctions hépatiques et rénales, des problèmes de peau, des troubles du système endocrinien et une augmentation du risque de développer un cancer peuvent également être observés chez les consommateurs réguliers de stéroïdes.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X