Quel avenir pour le docétaxel, l'anticancéreux soupçonné d'avoir causé 48 décès?

L'Agence du médicament (ANSM) a publié les résultats de son enquête de pharmacovigilance ce mercredi. Elle évoque un "signal" inquiétant mais se laisse jusqu'à fin avril pour décider de l'interdiction définitive de ce traitement.

Publicité
Publicité

Quarante-huit décès chez des malades du cancer traités avec le docétaxel ont été recensés depuis sa commercialisation il y a vingt ans. L'Agence du médicament (ANSM) a annoncé ce mercredi qu'elle maintenait la recommandation d'éviter temporairement le produit.
Le docétaxel est majoritairement utilisé pour des patients atteints du cancer du sein. Mais il est aussi prescrit pour d'autres cancers. Il s'agit d'un médicament utilisé comme néo-adjuvant, c'est-à-dire qu'on l'injecte afin de réduire la taille d'une tumeur avant une opération. On peut aussi l'utiliser après l'intervention chirurgicale, pour nettoyer les tumeurs cancéreuses.
L'Agence nationale de sécurité du médicament avait lancé une enquête de pharmacovigilance en septembre, après un "pic de signalements", à la suite du décès de plusieurs femmes soignées pour un cancer du sein. Elle a publié ses résultats ce mercredi.
Quand l'ANSM a-t-elle été alertée?
"Nous avons reçu une première vague de signalements à la fin de l'été 2016", indique l'ANSM à L'Express. Au mois d'août, des médecins de l'Institut Gustave-Roussy (IGR) de Villejuif (Val-de-Marne) ont informé l'agence du décès de trois femmes âgées de 45 à 69 ans atteintes de cancer du sein. Toutes sont mortes brutalement d'un choc septique après l'administration du générique du taxotère. "Les décès nous ont interpellés car ces femmes avaient des pronostics vitaux assez favorables",...

Publicité
Publicité
avec
Publié le Jeudi 30 Mars 2017 : 7h33

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés