Grippe aviaire : la France enclenche la vitesse supérieure

Publicité

[6 février 2007 - 11:10]

Face à la situation de la Grande-Bretagne qui vient de confirmer, après la Hongrie, ses premiers cas de grippe aviaire, la France adapte le dispositif de protection de sa faune sauvage. Sur recommandations de l’AFSSA, elle a élevé le niveau de risque de «négligeable» à «faible».

Il s’agit du 3ème niveau de risque ( sur 6 ) tel que prévu par la grille d’évaluation de l’Agence française de Sécurité sanitaire des Aliments. Sur le terrain, le dispositif de protection et de surveillance est donc renforcé par 3 premières mesures «d’application immédiate»:

Publicité
Publicité

renforcement de la surveillance des oiseaux sauvages, notamment des mortalités;

interdiction des lâchers de pigeons «avec départ ou survol des pays où des cas de grippe aviaire sont apparus»;

et pour les chasseurs, renforcement de la biosécurité pour éviter tout contact entre «les oiseaux captifs et les appelants».

Mais attention, la grille de l’AFSSA n’a rien à voir avec le Plan gouvernemental de prévention et de lutte contre la pandémie grippale. Pour l’heure en effet, nous sommes dans le cadre d’une épizootie, et non face à une menace de pandémie. Il n’y a toujours pas en France de transmission à l’homme du virus aviaire.

De son côté, Dominique de Villepin préside depuis 10h à l’Hôtel Matignon, une réunion interministérielle pour «définir le dispositif qui sera mis en place dans les prochains jours en fonction des résultats de l’enquête engagée par les autorités britanniques et de la concertation européenne».

Source: ministère de la l’Agriculture et de la Pêche, 5 février 2007

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X