Rappel de yaourts à boire mangue passion de Michel et Augustin pour risque d’intoxication

La marque Michel et Augustin vient de procéder au rappel de plusieurs lots de ses yaourts à boire. Le problème ? La date limite de consommation ne figure pas sur le produit, et ce dernier se trouve bientôt périmé !

Soyez vigilants si vous venez d’acheter un yaourt à boire Michel et Augustin. Le problème viendrait de la date limite de consommation (DLC), prévient le site de rappels Oulah !. Les produits concernés ? Les Vaches à boire, saveur mangue et fruits de la passion. Les personnes ayant acheté ce yaourt à boire sont priés de vérifier s’il comporte une DLC. Si ce n’est pas le cas, il est préférable de ne pas consommer le produit et de le rapporter au point de vente. À partir du 13 septembre 2019, vous vous exposez à un risque d’intoxication.

En effet, "la DLC indique une date limite impérative, rappelle la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Elle s’applique à des denrées microbiologiquement périssables et qui de ce fait, sont susceptibles, après une courte période de présenter un danger immédiat pour la santé humaine".

La référence du produit concerné par le rappel

Les lots de Vaches à boire concernées par le rappel se présentent sous la forme de bouteilles de 500 ml. Les consommateurs qui en auraient acheté et qui en détiendraient encore ne doivent pas les consommer et les rapporter au point de vente pour bénéficier d’un remboursement. La société Michel et Augustin se tient à la disposition des consommateurs pour répondre à leurs questions au numéro de téléphone : 06 27 38 12 04.

  • Lot : Vaches à boire mangue et fruits de la passion
  • Enseigne : Michel et Augustin
  • Conditionnement : 500 ml
  • Code-barres : 3760122960848
  • N° Agrément sanitaire : FR .62.853.030CE

DLC : le risque si on la dépasse

"Quand un produit affiche la mention ‘Avant le...’, la prudence est de mise. Il s’agit d’une date limite de consommation (DLC) impérative", clarifie 60 Millions de Consommateurs. Cette dernière concerne les produits frais périssables, potentiellement dangereux pour la santé lorsqu’ils se dégradent, à cause du développement de bactéries indésirables. La réglementation impose aux fabricants de tout aliment préemballé d’indiquer une date de consommation.

L’intoxication alimentaire par certaines salmonelles (type gastro-entérite) reste la première cause d’infection alimentaire d’origine bactérienne en France. Certains aliments sont plus à risque que d’autres. L’association de consommateurs cite la mayonnaise, pâtisseries, flans ou autres produits à base d’œufs.

En revanche, certains aliments peuvent encore être consommés une fois la DLC dépassée. C’est le cas des yaourts par exemple, nous expliquait la diététicienne Ysabelle Levasseur dans une interview accordée à Medisite. "Les yaourts peuvent être consommés jusqu"à une voire deux semaines après la date limite de consommation. Ce sont des aliments acides peu propices au développement d’agents pathogènes s’ils ne sont pas ouverts" détaillait-elle. À la condition qu’ils aient été bien conservés (respect de la chaîne du froid, produits pas ouverts) évidemment.

Attention cependant : ces conseils sont valables pour des adultes en bonne santé. Les enfants, personnes âgées ou malades, et encore les femmes enceintes ne doivent pas consommer de yaourts et produits dont la date de consommation est dépassée. Ces derniers sont plus vulnérables. Il vaut donc mieux appliquer le principe de précaution.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.