Rappel de produits anti-verrue pour risque de brûlure accidentelle

Plusieurs flacons de produits anti-verrue sont désormais interdits à la vente, et doivent être rapportés en pharmacie. En cause, des brûlures et des ingestions accidentelles.

Les personnes sujettes aux verrues devront peut-être changer leur traitement habituel. En effet, trois produits couramment utilisés pour les soigner font actuellement l’objet d’un rappel. Cette mesure fait suite à des brûlures et des ingestions accidentelles, signalées par plusieurs utilisateurs.

Des brûlures au second degré causés par ces deux traitements

Les deux premiers produits écopent d’une suspension de mise sur le marché par l’Agence nationale de sécurité du médicament. Autrement dit, ils sont désormais interdits à la vente et à l’utilisation. Sont concernés les dispositifs médicaux Expert 1.2.3 Verrues Cutafilm (de Novodex) et Steripan Traitement Verrues.

En effet, ces deux solutions à base d’acide monochloroacétique sont corrosives et nécessitent donc un conditionnement sécurisé. Or, leur flacon actuel ne permet pas de prévenir du risque de renversement, qui peut occasionner des brûlures au second degré sur la peau. En outre, une ingestion accidentelle pourrait engendrer de graves lésions de l'œsophage et du pharynx, menaçant le pronostic vital de l’individu.

L’ANSM a rapporté des brûlures du second degré sur des membres, et des ingestions accidentelles chez des enfants de 3 à 10 mois, nécessitant leur hospitalisation. Elle précise que les consommateurs qui détiennent ces traitements doivent les rapporter en pharmacie, en parapharmacie ou en grande surface.

Des ingestions accidentelles provoquant des lésions du tube digestif

Un troisième produit fait lui aussi l’objet d’un rappel, mais ne connaît pas la même interdiction de mise sur le marché, puisque le fabricant a d’ores et déjà amélioré son flacon. Il s’agit d’Objectif ZeroVerrue Original, des laboratoires Mylan.

Des ingestions accidentelles ont été signalées, “suite à des confusions avec des médicaments présentant des conditionnements similaires”. Celles-ci ont entraîné des lésions du pharynx et de l'œsophage chez des enfants en bas âge, puisque le traitement contient de l’acide formique. En revanche, le flacon n’entraîne pas de risque de renversement.

Pour éviter toute méprise future, le fabricant a modifié son conditionnement au mois de mars 2019, remplaçant le bouchon blanc par un bouchon orange. L’ANSM précise néanmoins que “par mesure de sécurité, les flacons antérieurs à cette modification, c’est-à-dire dont le bouchon est de couleur blanche, doivent être rapportés à leurs points de vente”.

Les stylos anti-verrue sont plus sûrs et aussi efficaces

L’Agence du médicament rappelle que d’autres dispositifs médicaux, plus sécurisés, existent pour traiter efficacement les verrues. Ils se présentent sous forme de stylos ou de systèmes imprégnés, qui permettent une application localisée.

Les professionnels de santé qui constatent un incident (ou risque d’incident) grave consécutif à un traitement anti-verrue ont l’obligation de le déclarer sur signalement-sante.gouv.fr. Les patients qui le souhaitent peuvent également remonter tout effet indésirable sur ce portail.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.