Rappel de moules contaminées à E. coli, vendues par Intermarché

Des moules de Bouchot AOP Baie du Mont Saint Michel, vendues par Intermarché, font l’objet d’un rappel. Elles seraient contaminées par la bactérie Escherichia coli, pouvant provoquer une grave intoxication alimentaire.

Vous aviez prévu des moules-frites pour le dîner ? Vérifiez la marque et le numéro de lot des coquillages que vous avez achetés avant de les manger. En effet, des moules de Bouchot AOP Baie du Mont Saint Michel, vendues au rayon traditionnel d’Intermarché entre le 4 et le 9 octobre, font l’objet d’un rappel.

Commercialisés par l’entreprise La Vivière, ces fruits de mer seraient contaminées par la bactérie Escherichia coli, qui peut provoquer une intoxication alimentaire. Il est donc demandé aux personnes qui détiendraient ce produit de ne pas le consommer, et de le rapporter au point de vente afin de se faire rembourser. L’établissement producteur se tient à disposition des consommateurs aux numéros suivant :

  • 02 99 48 80 60
  • 06 02 15 07 19

Quels sont les symptômes d’une intoxication par E. Coli ?

Les signes d’une contamination à E. coli sont ceux d’une gastro-entérite : diarrhées, douleurs abdominales, nausées et vomissements, parfois accompagnés de fièvre. Si vous présentez ces symptômes après avoir consommé les moules mentionnées ci-dessus, consultez votre médecin traitant, en lui indiquant que vous avez mangé ces coquillages.

En revanche, si vous ne présentez aucun symptôme dans les dix jours suivant leur ingestion, il est inutile de vous inquiéter.

Des risques de complications possibles chez les personnes fragiles

Il est important de savoir que certaines personnes sont beaucoup plus vulnérables face à la bactérie Escherichia coli : les femmes enceintes, les jeunes enfants, les personnes âgées et les patients immunodéprimés. Chez ces sujets, une contamination peut donner lieu à des symptômes plus sévères et prolongés, qui peuvent entraîner une importante déshydratation.

Un risque de complications est aussi possible, suite à une intoxication alimentaire liée à E. coli. La bactérie peut, en effet, libérer des shigatoxines, à l’origine du syndrome hémolytique et urémique (SHU), mortel dans 3 à 5 % des cas.

Cette pathologie se caractérise par une atteinte de la fonction rénale et une baisse de la concentration des cellules sanguines, due à une destruction des globules rouges. Selon l’Institut Pasteur, “un quart des personnes souffrant de SHU développe aussi des complications neurologiques qui peuvent aboutir à un état de coma”.

E. coli : comment éviter la contamination ?

Le principal mode de transmission de la bactérie E. coli se fait par la consommation d’aliments ou d’eau contaminés par leur environnement. La viande mal cuite, les fruits de mer, les produits laitiers non pasteurisés ou encore les végétaux crus sont ainsi particulièrement à risque.

Quelques règles d’hygiène permettent de limiter le risque de contamination : séparer les aliments crus et cuits, se laver les mains après avoir manipulé les premiers, nettoyer ses ustensiles, bien faire cuire les aliments et laver les fruits et légumes consommés crus. Les personnes fragiles devraient tout simplement éviter la consommation des aliments les plus à risque.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s): Rappel produits, Intermarché, affichage jusqu'au 23/10/2019. 
Escherichia coli entérohémorragiques, Institut Pasteur, juillet 2018.